Contre la prolifération des fake news, l’UE suggère plus de transparence

Madeleine de Cock Buning, à gauche, et Mariya Gabriel à droite. [European Commission]

Le groupe d’experts de la Commission européenne sur les fake news veut que les réseaux sociaux, comme Facebook ou Twitter, soient plus transparents sur leurs revenus publicitaires.

La Commission présentera ses recommandations non contraignantes sur les fake news le 25 avril. Elle a mis en place un groupe d’experts l’année dernière en sélectionnant 39 chercheurs, représentants de plateformes technologiques, des médias, et des ONG pour élaborer un rapport en vue de la future stratégie.

Les plateformes devraient modifier leur politique publicitaire pour « décourager la diffusion et l’amplification de la désinformation pour le profit », écrit le groupe d’experts dans un rapport publié le 12 mars.

Ce dernier rejette délibérément le terme de « fake news » et soutient que ses recommandations s’attaquent plutôt à la « désinformation », qui n’est pas illégale, mais qui est « conçue, présentée et promue pour causer de manière intentionnelle des préjudices publics ou pour engranger des bénéfices ». Jusqu’à présent, la Commission qualifiait sa future stratégie de lutte contre les fausses informations.

Bruxelles lance une consultation publique sur les «fake news»

Les « fake news » sont une maladie contre laquelle l’Europe doit se « vacciner », estime Mariya Gabriel, commissaire au numérique, qui vient de lancer une consultation publique sur la manière dont l’UE devrait réagir.

Les membres du groupe ont commencé à se rencontrer en janvier et leur travail s’est terminé après la publication de leur rapport, le 12 mars. Ils pourraient toutefois se réunir à nouveau en novembre pour déterminer si les entreprises prennent en compte les recommandations, qui se concentrent largement sur le rôle des grandes plateformes en ligne dans la diffusion de la désinformation.

« Les plateformes ont de plus en plus le pouvoir de permettre – et potentiellement interférer avec – la libre circulation de l’information et cela s’accompagne de responsabilités accrues », peut-on lire dans le rapport.

Ce dernier encourage la Commission à examiner comment la désinformation pourrait se répandre en ligne avant les élections européennes de 2019.

Ces derniers mois, le retrait des publications contenant des fausses informations et la suppression des comptes de faux utilisateurs des plateformes de médias sociaux ont été au centre de l’attention. La pression politique s’est accrue lorsque Facebook a révélé à l’automne dernier qu’une entreprise russe en lien avec le Kremlin avait acheté des publicités à caractère politique avant les élections américaines de 2016.

Les eurodéputés s'écharpent sur la propagande russe

L’influence de Moscou au sein des États membres préoccupe les eurodéputés. Si les principaux groupes politiques dénoncent l’ingérence du Kremlin, les eurosceptiques défendent Poutine sans états d’âme.

 

Le groupe d’expert de la Commission veut aussi que les entreprises de médias sociaux soient plus transparentes sur l’origine de leurs revenus publicitaires. Le rapport énonce dix principes que les plateformes devraient suivre, dont « le principe de traçage de l’argent, tout en évitant les incitatifs menant à de la désinformation ».

Des lobbyistes de chez Google, Twitter et Facebook ont fait partie du groupe d’experts et souscrit au rapport.

Le document appelle les plateformes à indiquer clairement lorsque les publicités sont sponsorisées ou payées par des groupes politiques, et à faire preuve de transparence avec leurs utilisateurs sur l’utilisation de leurs données personnelles à des fins publicitaires.

La commissaire européenne en charge des politiques numériques, Mariya Gabriel, a déclaré que la Commission prendrait en compte les recommandations du groupe, mais qu’elle ne s’engageait pas à les inclure dans la stratégie qui sera annoncée le mois prochain.

Mariya Gabriel a également insisté sur le fait que l’exécutif n’introduirait pas de loi contraignante obligeant les plateformes à supprimer les fausses informations, mais qu’une règlementation pourrait être envisagée à l’avenir.

« Pour l’instant, nous voulons essayer d’identifier le problème, de mettre en place certaines mesures, de contrôler la mise en œuvre de ces mesures. Puis, la Commission se réservera le droit d’aller plus loin », a-t-elle déclaré lors d’une conférence de presse aux côtés de la présidente du groupe d’expert, Madeleine de Cock Buning, professeur de droit des médias à l’université d’Utrecht.

Madeleine de Cock Buning s’est dite confiante que les plateformes adaptent leurs politiques publicitaires et prennent des mesures pour être plus transparentes sur les publicités à caractère politique.

« C’est aussi dans leur intérêt de le faire, car publiquement, elles veulent être du bon côté », a-t-elle déclaré aux journalistes.

Les sources impliquées dans les travaux du groupe ont signalé l’annonce faite par Unilever en février dernier du retrait de ses publicités de Facebook et Google si les plateformes ne luttaient pas contre la diffusion de fausses informations en ligne.

« En tant que l’un des plus grands annonceurs publicitaires au monde, nous ne pouvons pas agir dans un environnement où nos consommateurs ne font pas confiance à ce qu’ils voient en ligne », a déclaré le directeur marketing de la multinationale, Keith Weed, lors d’une conférence le mois dernier en Californie.

Selon une autre source proche du dossier, Facebook « a réalisé le problème trop tard » aux États-Unis, mais il n’y a pas encore autant d’indignation publique en Europe qu’aux États-Unis après les élections américaines. « Heureusement, nous n’en sommes pas encore à ce point. »

Le rapport du groupe d’experts a également suscité la controverse puisque l’un des 39 membres n’a pas soutenu le texte final.

Monique Goyens, directrice générale du BEUC, le bureau européen des consommateurs, a déclaré qu’elle « [déplorait] que le rapport ne s’attaque pas aux causes profondes des fausses nouvelles ».

Elle souhaite que la direction générale de la politique de concurrence de la Commission européenne, la DG Comp, examine les politiques publicitaires des plateformes en ligne pour déterminer si elles sont anticoncurrentielles.

Subscribe to our newsletters

Subscribe