Les eurodéputés demandent le départ du Premier ministre maltais

EPA-EFE/OLIVIER HOSLET

Les eurodéputés craignent que le maintien au pouvoir de Joseph Muscat ne compromette l’enquête sur le meurtre de la journaliste d’investigation Daphne Caruana Galizia. Un article de notre partenaire, Ouest-France.

Selon les eurodéputés, il y a un risque d’entrave à Malte concernant l’enquête sur le meurtre de la journaliste Daphne Caruana Galizia tant que le Premier ministre Joseph Muscat reste en fonction. Dans un vote mercredi 18 décembre, les élus européens disent s’inquiéter de la crédibilité des enquêtes et du manque de progrès concernant d’autres accusations liées à cette affaire.

Cette résolution a largement été adoptée par 581 voix pour, 26 contre et 83 abstentions. Le texte du Parlement européen souligne que tout doit être mis en œuvre pour prévenir tout risque d’entrave aux enquêtes et avertit que ce risque perdurera tant que le Premier ministre restera en fonction.

Meurtre de Daphne Caruana : Malte dans le collimateur de l’UE

L’affaire du meurtre de la journaliste Daphne Caruana Galizia, qui enquêtait sur la corruption à Malte, a placé l’île dans le collimateur de l’UE. Celle-ci a insisté mardi pour que l’enquête soit menée à son terme « sans ingérence politique ».

Les événements à Malte ces dernières années ont contribué à faire peser une menace sérieuse et persistante sur l’État de droit, la démocratie et les droits fondamentaux, affirme la résolution, qui fait par ailleurs part de son inquiétude quant à la liberté des médias, l’indépendance de la police et de la justice, la liberté de réunion et la séparation des pouvoirs.

Daphne Caruana Galizia fut la victime d’un système politico-mafieux. Le Premier ministre Joseph Muscat doit démissionner et le nouvel exécutif devra consacrer son énergie aux réformes nécessaires et exigées par les institutions européennes. Au-dessus des couleurs politiques, il y a l’État de droit, la liberté, la justice, a déclaré l’eurodéputé Raphaël Glucksmann (Place publique, groupe S&D) dans un communiqué.

Le Premier ministre maltais Joseph Muscat sur la sellette

Une délégation du Parlement européen s’est rendue dans le pays les 3 et 4 décembre afin d’évaluer la situation sur le terrain. Son projet de rapport de mission doit faire l’objet d’un débat en commission des libertés civiles début 2020.

Le Premier ministre maltais, Joseph Muscat, est soupçonné d’interférences dans l’enquête sur l’assassinat, en 2017, de la journaliste Daphne Caruana Galizia. Il devrait quitter ses fonctions en janvier 2020, selon des sources au sein de son mouvement, le Parti travailliste.

Le chef du gouvernement, âgé de 45 ans, au pouvoir depuis 2013, est à mi-mandat après avoir été réélu en juin 2017 à l’issue d’un scrutin anticipé. Celui-ci avait été convoqué en raison d’accusations de corruption touchant son entourage, après la publication des Panama Papers, qui révélaient l’existence au Panama de nombreux comptes offshore ouverts par des entreprises et personnalités du monde entier.

Meurtre d’une journaliste à Malte : le Premier ministre devrait quitter ses fonctions en janvier

Le Premier ministre maltais, Joseph Muscat, soupçonné d’interférences dans l’enquête sur l’assassinat de la journaliste Daphne Caruana Galizia, devrait quitter ses fonctions en janvier 2020, selon des sources du le Parti travailliste. Un article de notre partenaire, Ouest-France.

Lire la suite sur : Ouest-France

Subscribe to our newsletters

Subscribe
CONTRIBUER