Tadjikistan : l’accès à Google facilité pendant une visite de Tusk

[EPA-EFE/SASCHA STEINBACH]

Le Tadjikistan semblait jeudi débloquer plusieurs sites populaires et services de Google pendant une visite dans ce pays d’Asie centrale du président du Conseil européen, Donald Tusk.

Donald Tusk s’est notamment entretenu jeudi avec le président tadjik Emomali Rakhmon, avant de se rendre vendredi au Kazakhstan et en Ouzbékistan, deux autres ex-républiques soviétiques d’Asie centrale.

Les utilisateurs de l’internet ont précédemment fait état de nombreux problèmes rencontrés lorsqu’ils tentaient d’accéder aux sites populaires d’information, Facebook, YouTube et aux services Google.

Ces derniers sont devenus inaccessibles peu après une émeute en prison fin mai qui a fait 35 morts, dont 19 prisonniers. Selon les autorités, l’émeute a été déclenchée par des membres de l’organisation jihadiste État islamique (EI).

Facebook et YouTube sont devenus inaccessibles plus tôt en mai, selon les utilisateurs de l’internet tadjiks qui se voient régulièrement obligés de recourir à un VPN pour utiliser ces deux sites.

Toutes ces ressources en ligne fonctionnaient cependant très bien jeudi, selon les clients des deux principaux fournisseurs d’accès à l’internet tadjiks.

Selon les utilisateurs tadjiks, le site de l’antenne locale de Radio Free Europe était également accessible après une période où il semblait être bloqué.

L'UE s'alarme de la coupure d'Internet en RDC après les élections

Le gouvernement congolais a coupé l’accès à Internet le 31 décembre, au lendemain du scrutin qui doit désigner le prochain président. L’Union européenne plaide pour une normalisation de la situation dans l’attente des premiers résultats.

L’ONG Reporters sans frontières (RSF) a appelé en avril les autorités tadjikes à cesser de bloquer des sites internet, en citant notamment le cas de l’un des rares sites d’information indépendants, Asia Plus, bloqué depuis cinq mois.

Ce site restait toutefois inaccessible jeudi, selon des utilisateurs d’internet.

Les autorités tadjikes admettent rarement avoir bloqué des sites, bien qu’elles soient souvent accusées d’en faire une pratique courante.

En 2013, YouTube est ainsi devenu inaccessible peu après avoir diffusé une vidéo du président Rakhmon chantant et dansant à la fête du mariage de son fils.

Subscribe to our newsletters

Subscribe

Envie de savoir ce qu'il se passe ailleurs en Europe? Souscrivez maintenant à The Capitals.