Věra Jourová appelle à une coopération médiatique transfrontalière

Les attaques physiques, judiciaires, verbales et en ligne contre les professionnels des médias se sont multipliées en Europe ces dernières années. En outre, depuis 2017, quatre journalistes ont été assassinés dans le cadre de leur travail à l’intérieur des frontières de l’UE.

« Aucun journaliste ne devrait mourir ou être blessé pour avoir fait son travail », a déclaré la vice-présidente de la Commission européenne chargée des valeurs et de la transparence, Věra Jourová. Cette déclaration intervient au moment où l’UE se prépare à mettre l’accent sur la sécurité des journalistes lors d’un forum européen des médias d’information qui se tiendra en novembre.

Présentant une série de mesures que l’UE prendra pour faire face à l’environnement de plus en plus hostile auquel sont confrontés les médias en Europe, Mme Jourová a ajouté : « Nous sommes fermement convaincus que la coopération transfrontalière et entre médias peut apporter de nouvelles idées et nourrir l’innovation ».

Les attaques physiques, judiciaires, verbales et en ligne contre les professionnels des médias se sont multipliées en Europe ces dernières années. En outre, depuis 2017, quatre journalistes ont été assassinés dans le cadre de leur travail à l’intérieur des frontières de l’UE.

En novembre, la Commission organisera la deuxième session du forum des médias, un dialogue auquel participeront de nombreuses parties prenantes du secteur, avant de présenter une loi sur la liberté des médias et une législation sur les poursuites abusives à l’encontre des professionnels des médias, toutes deux prévues pour l’année prochaine.

Liberté de la presse : les dix cas les plus graves-août 2021

Coup de projecteur sur dix photographes, cinéastes et vidéojournalistes à l’approche de la Journée mondiale de la photographie, le 19 aout.

La vice-présidente s’est jointe à d’autres acteurs du secteur des médias lors de la conférence Media4Europe, mercredi 6 octobre, pour appeler à une collaboration et à une recherche accrues afin de soutenir le secteur.

Action européenne

Dans son discours, Mme Jourová a détaillé plusieurs mesures récentes prises par la Commission en matière de liberté des médias, notamment le lancement cette semaine de la période de consultation pour la législation à venir et les recommandations sur les poursuites judiciaires « SLAPP » visant à réduire les journalistes au silence.

Elle a également souligné la récente recommandation sur la sécurité des journalistes, qui fournit des lignes directrices aux pays de l’UE pour mieux protéger leurs professionnels des médias, en ligne et hors ligne. Les mesures suggérées comprennent la mise en place de services de soutien juridique, cybernétique et psychologique pour les journalistes menacés.

« Nous demandons également une protection accrue des journalistes lors des manifestations, une plus grande sécurité en ligne et un soutien particulier aux femmes journalistes », a-t-elle déclaré. « Nous allons maintenant suivre de près la manière dont les États membres appliquent ces recommandations, et je sais que je peux aussi compter sur votre vigilance. »

Le projet de l’UE visant à protéger les journalistes contre les poursuites judiciaires malveillantes progresse

La Commission européenne a lancé lundi 4 octobre une consultation publique sur son projet visant à protéger les journalistes et les défenseurs des droits de l’homme contre les actions en justice destinées à limiter leur travail.

Parmi les initiatives prévues par la Commission en matière de médias figure l’adoption de l’Acte européen sur la liberté des médias, qui, selon un projet de programme de travail vu par EURACTIV, introduira un mécanisme de surveillance au niveau de l’UE « pour réduire les charges pesant sur les acteurs des médias et les soutenir dans un contexte de l’ingérence politique croissante dans le secteur des médias. »

Défis numériques

La Commission prévoit également d’augmenter le financement du secteur des médias, regroupé sous le titre « NEWS », dans un format similaire à son programme de financement MEDIA existant.

L’investissement et le financement sont des sujets sensibles pour le secteur des médias, qui s’adapte à la transformation du paysage de l’ère numérique, et désormais pandémique.

Pour aider les organisations de médias à adapter leur modèle économique à l’environnement numérique, Europe’s MediaLab et IDATE DigiWorld ont examiné la viabilité du développement d’une plateforme européenne de création et de partage d’informations. Le projet soutiendrait le travail des organisations de médias et des journalistes en Europe, et plusieurs approches potentielles ont déjà été identifiées.

Par ailleurs, le public a entendu quatre participants au programme Stars4Media, qui facilite les projets entre les personnes travaillant dans les médias dans les pays de l’UE afin d’explorer de nouvelles approches, souvent basées sur la technologie, du modèle économique de l’industrie des médias.

Parmi eux, ceux qui exploitent les outils en ligne existants et en développent de nouveaux afin d’accroître l’engagement envers les médias d’information et de créer un marché de type agence sur lequel les journalistes individuels, y compris les pigistes, pourraient syndiquer leur contenu.

Maria João Rodrigues, présidente de la Fondation pour les études progressistes européennes, a souligné l’importance d’investir dans les compétences et le renforcement des capacités pour la génération actuelle et la prochaine génération de professionnels des médias. « Être journaliste est un métier d’avenir », a-t-elle ajouté.

Le tableau général

La disponibilité de sources de revenus pour les médias et les professionnels est essentielle pour garantir la liberté et la pluralité des médias.

Roman Imielski, rédacteur en chef du quotidien polonais Gazeta Wyborcza, a fait remarquer que sous le parti au pouvoir Droit et Justice (PiS), les nombreuses SLAPP intentées au journal par le gouvernement et les personnes qui lui sont liées ne constituaient qu’une partie du problème.

Pour M. Imielski, un autre exemple significatif des attaques contre l’indépendance des médias est la façon dont les annonceurs affiliés à l’État ont cessé de placer leur contenu dans les publications qui critiquent le gouvernement, privant ainsi son journal et d’autres médias indépendants de fonds vitaux.

« Nous devons collaborer, nous devons coopérer, et nous avons besoin de plus d’action de la part de la Commission européenne », a déclaré Imielski lorsqu’on lui a demandé ce qui pourrait être fait pour remédier à la situation.

De même, les quatre membres du programme Stars4Media qui ont discuté de leurs projets lors de l’événement ont insisté sur la valeur de la collaboration à l’échelle européenne entre les professionnels individuels et les organisations au sein desquelles ils travaillent.

Subscribe to our newsletters

Subscribe