Biélorussie : l’Allemagne propose à la Pologne un renforcement des patrouilles conjointes

La Pologne a de son côté déployé 6.000 soldats le long de la frontière avec la Biélorussie pour tenter de stopper l'afflux de migrants, a déclaré mardi (19 octobre) le ministre de la Défense Mariusz Blaszczak [VALDA KALNINA/EPA]

L’Allemagne a proposé à la Pologne un renforcement des patrouilles conjointes à la frontière entre les deux pays pour faire face au nombre croissant de migrants qui y arrivent après être passés par la Biélorussie.

Le présence des forces frontalières devrait être « sensiblement » accrue, a estimé le ministre allemand de l’Intérieur Horst Seehofer dans une lettre à son homologue polonais Mariusz Kaminski vue mardi (19 octobre) par l’AFP.

M. Seehofer s’est dit « préoccupé » par la hausse de l’afflux de migrants notamment en provenance « du Proche et du Moyen Orient » passant par la Biélorussie et arrivant en Pologne puis en Allemagne.

Le ministre allemand a proposé « d’accroître la proportion des forces de la police fédérale allemande » qui participent aux patrouilles conjointes, laissant aux forces polonaises le soin de gérer les migrants qui traversent la frontière directement en provenance de la Biélorussie.

M. Seehofer a également proposé de faire appel à l’agence européenne de protection des frontières Frontex pour bénéficier de son aide.

Selon des chiffres du ministère allemand de l’Intérieur rendus publics lundi (18 octobre), quelque 4.500 personnes ont traversé depuis août la frontière entre la Pologne et l’Allemagne sans document les y autorisant.

La Pologne a de son côté déployé 6.000 soldats le long de la frontière avec la Biélorussie pour tenter de stopper l’afflux de migrants, a déclaré mardi (19 octobre) le ministre de la Défense Mariusz Blaszczak

« Près de 6.000 soldats des 16e, 18e et 12e divisions servent à la frontière entre la Pologne et la Biélorussie », a déclaré M. Blaszczak sur Twitter. « Les soldats apportent leur soutien aux gardes-frontières en protégeant la frontière du pays et en empêchant qu’elle soit franchie illégalement », a-t-il ajouté.

L’UE accuse le président de la Biélorussie Alexandre Loukachenko de faire venir des migrants du Moyen-Orient et d’Afrique à Minsk puis de leur faire passer les frontières de la Lituanie, de la Lettonie et de la Pologne en représailles des sanctions économiques et individuelles adoptées par l’UE.

L’arrivée massive de migrants traversant illégalement la frontière orientale de l’UE avec la Biélorussie a pris de court des pays qui ne sont pas habitués à gérer un afflux massif de clandestins.

La Pologne a été accusée par les ONG humanitaires de pratiquer des refoulements de migrants à la frontière avec la Biélorussie.

M. Seehofer abordera ce sujet mercredi (20 octobre) à une réunion du gouvernement.

La Biélorussie rappelle son ambassadeur après le retour de l’ambassadeur français à Paris

L’ambassadeur de France, Nicolas de Bouillane de Lacoste, est de retour sur le sol français depuis dimanche (17 octobre) après que Minsk lui a demandé de quitter la Biélorussie avant lundi 18 octobre.

Subscribe to our newsletters

Subscribe