Neuf Roumains quittent leur pays toutes les heures

Avec la Bulgarie et la Grèce, la Roumanie fait partie des trois États membres les plus pauvres de l'UE.

Les Roumains sont toujours plus nombreux à quitter leur pays. Une migration de masse qui laisse le pays pauvre en main d’œuvre, et fait fuir les investissements.

En 2017, l’économie roumaine a connu une croissance de près de 7 %, soit la plus forte croissance de PIB de l’UE. Mais cette augmentation, largement due à la consommation, n’a pas duré. Cette année, la croissance a ralenti pour se fixer à 4 %, un taux toujours solide mais inférieur aux prévisions du gouvernement.

Malgré tout, les revenus restent modestes par rapport à la moyenne européenne. Et en dépit des augmentations de salaires ces dernières années, une grande partie de la population vit toujours dans la précarité.

Avec 35,7 % de Roumains menacés de pauvreté ou d’exclusion sociale, d’après les données d’Eurostat, la Roumanie fait partie des trois États membres (après la Bulgarie et la Grèce) les plus pauvres de l’UE.

La conjoncture économique positive peine à réconforter le moral des Français

La France a tendance à évoluer à contre-courant du reste de la zone euro, et les voyants économiques sont au vert. Mais le moral des Français raconte une toute autre histoire.

 

Mais la pauvreté et la crise ne peuvent à elles seules expliquer l’exode des Roumains. Selon les sociologues, il s’agit aussi d’un manque de perspective sociale et financière.

« La révolution de 1989 a porté de si grandes attentes… Les gens avaient de l’espoir, ils pensaient que les choses iraient mieux pour eux. Quelle ne fut pas leur déception. C’est pourquoi dans les années 2000, ils ont commencé à s’émigrer à l’ouest. L’adhésion à l’UE n’a fait qu’accélérer le rythme », constate le sociologue Constantin Miron.

La plupart des Roumains émigrés se disent maintenant trop habitués au mode de vie « occidental » pour imaginer un jour retourner dans leur pays d’origine. Et quitte à partir de leur pays d’accueil, ils n’envisagent même plus la Roumanie mais plutôt d’autres pays riches, comme la Scandinavie ou l’Allemagne.

En 2017, plus de Roumains ont emménagé en Allemagne que de Syriens, soit 73 000 d’entre eux.

L’année dernière, un rapport de l’ONU a désigné la Roumanie comme le deuxième pays d’origine des migrants dans le monde après la Syrie, pays pourtant dévasté par une guerre civile sanglante. Selon ces statistiques de l’ONU, 3,4 millions de Roumains ont choisi de s’expatrier au cours de la dernière décennie, entraînant une fuite des cerveaux, et une pénurie de main d’œuvre qualifiée, ce qui a ensuite précipité la fuite des investisseurs.

« Je pense que les thèmes qui domineront cette campagne  électorale européenne auront trait au national voire  ‘national en contexte européen’ », affirme Catalin Ivan, un eurodéputé roumain qui a récemment quitté le S&D. « Quels sont les sujets qui ont embrasé la Roumanie ces derniers temps ? La corruption, bien sûr, mais aussi la migration car, en moyenne, neuf Roumains quittent le pays chaque heure. »

En outre, les multiples « déclarations d’indépendance » vis-à-vis de l’UE de la part de dirigeants politiques roumains semblent avoir fait naître un mouvement eurosceptique dans le pays. Selon le dernier sondage d’opinion publique de l’UE réalisé par le Parlement européen, 49 % seulement des Roumains estiment que l’adhésion de leur pays à l’Union européenne est une bonne chose, soit une baisse de 10 points par rapport à avril dernier.

Toutefois, 43 % des citoyens roumains ont une opinion positive du Parlement européen, et 63 % d’entre eux souhaiteraient que l’organe joue un rôle plus important. Enfin, l’enquête montre également un intérêt et une sensibilisation accrus pour les élections européennes de 2019.

L’eurobaromètre indique que les priorités des citoyens roumains pour la campagne européenne sont l’économie (53 %), le chômage des jeunes (44 %), les droits humains et la démocratie (38 %), la protection des consommateurs et la sécurité alimentaire (36 %) et enfin la protection sociale (35 %).

«Les élections européennes ont une chance de prendre un tournant progressiste»

L’Europe progressiste pourrait gagner la bataille des élections européenne. une réalité dont le PPE devrait prendre conscience au lieu de glisser vers les extrêmes, dénonce la coprésidente des Verts.

Subscribe to our newsletters

Subscribe