Gérald Darmanin demande à Frontex de « s’occuper du nord de l’Europe »

Gérald Darmanin répond à des journalistes à Marseille, en mai 2021. [Obatala-photography/Shutterstock]

Le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin a affirmé samedi (24 juillet) avoir saisi l’agence européenne de surveillance des frontières Frontex lors d’une visite à Calais dans le cadre de la lutte contre l’immigration clandestine.

« Je leur ai demandé de s’occuper du nord de l’Europe, singulièrement du littoral Nord-Pas-de-Calais », a-t-il affirmé. « 60 % des migrants qui viennent ici viennent de Belgique donc notre spectre doit être très large, nous avons besoin de surveillance aérienne européenne », a-t-il poursuivi.

Le ministre de l’Intérieur a insisté sur le fait que dès la présidence du Conseil de l’UE de la France le 1er janvier 2022, le pays mettra en avant cette question mais aussi « les importantes avancées que nous devons avoir sur le droit d’asile et sur les rapports avec nos amis britanniques évidemment ».

Gérald Darmanin a également salué « l’accord » trouvé mardi (20 juillet) avec les Britanniques : le Royaume-Uni s’est engagé à un investissement financier de 62,7 millions d’euros en 2021-2022 « pour appuyer la France dans son action d’équipement et de lutte contre l’immigration irrégulière ». La France a promis de « renforcer la présence des forces de l’ordre » le long de ses côtes.

Le manque d’efficacité de Frontex pointé du doigt par la Cour des comptes européenne

Le soutien apporté par l’agence Frontex à la gestion des frontières extérieures de l’UE n’est pas suffisamment « efficace », selon un rapport publié par la Cour des comptes européenne, qui relève des « lacunes » et des « incohérences » dans le système d’échange d’informations. Un article d’Euroefe.

Subscribe to our newsletters

Subscribe