La commissaire Johansson n’a pas réussi à convaincre la Pologne sur les refoulements de migrants

La Commission est particulièrement préoccupée par les cinq décès récents de migrants en Pologne. [EPA-EFE/ ARTUR RESZKO]

La commissaire européenne aux affaires intérieures, Ylva Johansson, a rencontré le ministre de l’Intérieur, Mariusz Kamiński, à Varsovie, pour discuter de la situation à la frontière orientale de la Pologne et de l’UE avec la Biélorussie.

La Commission est particulièrement préoccupée par les cinq décès récents de migrants en Pologne.

Après avoir rencontré le ministre polonais, la commissaire a déclaré qu’ils avaient eu « une discussion ouverte et franche » sur la situation à la frontière. Ils ont convenu de condamner mutuellement la guerre hybride menée par le régime du président Alexandre Loukachenko.

« L’agression du régime de Loukachenko mérite une réponse ferme et unie de l’UE », a déclaré Mme Johansson dans un tweet.

M. Kamiński a abondé dans le même sens : « Nous avons convenu que les actions de la Biélorussie doivent faire l’objet d’une réponse ferme de la part des États membres de l’UE », a-t-il déclaré.

Selon Mme Johansson, le principal problème est le manque de transparence à la frontière. « J’ai souligné l’importance pour les autorités polonaises de s’assurer de manière transparente que toute législation, politique ou pratique à la frontière entre la Pologne et la Biélorussie est pleinement conforme à l’acquis communautaire », a-t-elle déclaré.

Pendant ce temps, les avocats des migrants, les médecins, les journalistes, les ONG, les hommes politiques, les organisations religieuses, les autorités indépendantes comme le bureau du médiateur et les représentants des organisations internationales se voient refuser l’accès à la frontière en vertu de l’état d’urgence. Le gouvernement a récemment prolongé cette mesure pour 60 jours supplémentaires.

Le commissaire a également déclaré que « la Pologne, en tant qu’État membre fort de l’UE, peut montrer que la capacité de protéger la frontière peut aller de pair avec la capacité de respecter les droits fondamentaux et les obligations de l’UE ».

Les autorités polonaises viennent d’admettre des refoulements que le ministre a défendus, affirmant que la Pologne offre une protection internationale aux migrants qui en ont besoin, y compris aux Biélorusses opprimés par le régime. Elles ont également indiqué qu’elles avaient accueilli 1 300 réfugiés afghans évacués en août.

« J’ai assuré à la commissaire que depuis le début de la crise, la Pologne coopère avec Frontex et reste en contact avec ses dirigeants », a également déclaré le ministre.

Il semble également que le commissaire n’ait pas donné suite à la demande de la fondation Ocalenie, qui souhaitait que la Pologne mette fin aux refoulements et que les migrants piégés à Usnarz reçoivent une assistance médicale. La fondation, qui aide les migrants, a également demandé à la Commission de permettre aux ONG d’aider les migrants et aux journalistes de rendre compte de la situation sur le terrain.

Frontière polono-biélorusse : prolongation de l'état d'urgence jusqu'en décembre ?

Le Conseil des ministres polonais devrait prolonger aujourd’hui l’état d’urgence instauré il y a un mois dans la bande située près de la frontière avec la Biélorussie.

Subscribe to our newsletters

Subscribe