La plupart des réfugiés syriens adultes en Allemagne dépendent de l’aide sociale

Famille de réfugiés syriens dans un camp à Passau, en Allemagne, 1er août 2015. [Jazzmany/Shutterstock]

Près de deux tiers (65 %) des réfugiés syriens en Allemagne en âge de travailler dépendaient au moins partiellement du régime d’aide sociale Hartz IV en mars, contre 43 % pour les réfugiés afghans, selon le rapport de juin 2021 de l’agence allemande pour l’emploi.

La Syrie restant instable, l’Allemagne est obligée de continuer à accueillir des réfugiés en provenance de ce pays.

Le pourcentage élevé de réfugiés syriens participant au programme Hartz IV « est dû, entre autres, au manque de qualifications formelles et à l’emploi dans des professions et des niveaux d’emploi dont la rémunération se situe dans la fourchette inférieure », selon un rapport de 2020 de l’agence du travail, a déclaré un porte-parole à EURACTIV.

« En général, on peut dire que le taux de chômage des réfugiés est toujours particulièrement élevé au cours des premières années de résidence », a déclaré Panu Poutvaara, un expert en migration et en intégration, au journal FAZ.

La pandémie de Covid-19 a exacerbé le problème puisque de nombreux réfugiés peu qualifiés ont été confrontés au chômage, leurs possibilités de travailler à domicile étant limitées, a-t-il ajouté.

Aide au peuple syrien : 6,4 milliards de dollars promis, loin de l'objectif

L’ONU avait appelé à des dons d’au moins 10 milliards de dollars pour l’année en cours, rappelant que 24 millions de personnes ont besoin de soutien en Syrie et dans la région, soit 4 millions de plus que l’an dernier.

Subscribe to our newsletters

Subscribe