La Pologne ouvre ses portes aux travailleurs étrangers

Une usine d’assemblage d’écran LCD à Varsovie EPA/YONHAP

Le manque de main d’oeuvre en Pologne a poussé le gouvernement a assouplir sa politique d’accueil des travailleurs étrangers. Un article d’Euractiv Pologne. 

La situation du marché du travail a forcé les autorités polonaises à ouvrir les portes du pays aux immigrés. Selon l’Office Central de Statistique, le chômage a atteint 5,9% en juin, le taux le plus bas depuis 28 ans.

La nouvelle politique migratoire polonaise prévoit un budget d’environ 3 milliards de zloty ( 75 millions d’euros) jusqu’en 2025, dont plus de la moitié viendra du budget de l’Union européenne.

Et le pays pourrait simplifier les démarches pour les travailleurs des Philippines et du Vietnam, sur le modèle des procédures simplifiés qui existent déjà pour l’Arménie, la Biélorussie, la Géorgie, la Moldavie, la Russie et l’Ukraine.

Le travail cherche l’Homme

« Nous devons prendre des mesures concrètes », a souligné le vice-ministre des Investissements et du Développement, Paweł Chorąży. Dans un entretien avec le quotidien « Rzeczpospolita », il a également admis que même le pays devenait de plus en plus attractif pour les travailleurs des États tiers plus développés, la Pologne restait malgré tout une option parmi d’autres.

Selon Tomasz Dudek de l’agence du travail Otto Workforce, il est aussi plus difficile d’attirer les travailleurs ukrainiens en Pologne depuis que la République tchèque a doublé le plafond de permis de travail délivrés, qui est aujourd’hui de 20 000.

Manque de main-d’œuvre

En raison de manque de main-d’œuvre, le gouvernement a donc décidé de mettre en place des réformes qui ont pour objectif de faciliter l’emploi des étrangers.

Une ordonnance du ministre de travail, entrée en vigueur le 1er juillet, a élargi à 283 la liste des emplois dispensés  « d’examen du marché du travail ». Cette procédure impose à tout employeur de justifier l’absence de candidats polonais ou européens enregistrés au Pôle Emploi répondant aux exigences du poste pour pouvoir embaucher un étranger et lui délivrer un permis de travail.

Pour le Forum du Développement Citoyen, si la naturalisation des étrangers est une bonne manière de les retenir dans un État, l’administration polonaise ne s’y prête pas avec grand enthousiasme. En 2016, seuls 3 700 étrangers ont obtenu la nationalité polonaise. C’est non seulement 40 fois moins qu’en Espagne ou au Royaume-Uni, mais c’est même moins qu’en République tchèque ou en Hongrie – souligne le FDC.

Les Philippins sur le marché du travail polonais

Le Directeur adjoint du département des Investissements et du Développement n’exclut pas la possibilité d’élargissement de la liste des États concernés par la procédure simplifiée de l’embauche des étrangers, qui se fait sur la base d’une déclaration. Selon le quotidien, le Vietnam et les Philippines pourraient y être ajoutés.

En parallèle, le vice-ministre de la Famille, du Travail et de la Politique sociale Stanisław Szwed, et l’Ambassadrice de la République des Philippines en Pologne, Patricia Anna V. Paez, ont déclaré le 25 juillet être prêts à établir une coopération bilatérale au sujet de l’emploi des travailleurs philippins en Pologne.

« Nous tenons à ce que des travailleurs hautement qualifiés, des spécialistes, s’établissent chez nous à plus long terme, à ce qu’ils paient les cotisations sociales ici » – a expliqué Szwed hier à Polskie Radio24. Il a aussi admis que les Ukrainiens sont le groupe de travailleurs étrangers le plus nombreux en Pologne. Non seulement ils sont culturellement proches des Polonais, mais ils sont également appréciés par les employeurs.

Le Directeur adjoint du département de la Famille, du Travail et de la Politique sociale informe à l’occasion que le nombre de travailleurs étrangers en Pologne oscille entre 1,5 et 2 millions, tout en rappelant qu’environ 2 millions de Polonais ont quitté le pays.

Subscribe to our newsletters

Subscribe