Le chaos européen se poursuit sur l’Aquarius

En accord avec la France et l’Espagne, le gouvernement portugais a annoncé pouvoir accueillir 10 des 58 migrants du navire Aquarius. La question du port d’arrivée n’est toujours pas tranchée. Un article d’Euroefe.

Le gouvernement socialiste d’António Costa a annoncé dans un communiqué que le Portugal recevrait 10 des 58 migrants « pour des raisons humanitaires et face à la situation d’urgence dans laquelle se trouvent ces personnes » et a réitéré sa volonté de trouver « une solution européenne stable, coordonnée et permanente » sur le dossier migratoire.

Les ONG SOS Méditerranée et Médecins sans frontières (MSF), responsables du bateau de sauvetage Aquarius ont demandé lundi aux autorités françaises, à titre exceptionnel et pour des raisons humanitaires, de laisser l’embarcation accoster à Marseille, mais l’exécutif français a refusé.

« Le port le plus sûr et le plus proche, puisqu’il y a urgence humanitaire, ce n’est pas Marseille, chacun le sait », a déclaré Benjamin Griveaux, porte-parole du gouvernement français sur Europe 1.

L'accueil de l'Aquarius divise de nouveau les pays européens

La France discute actuellement avec les autres pays méditerranéens de l’UE pour trouver « rapidement » un port d’accueil au navire Aquarius et ses 141 migrants, que l’Italie et Malte ont de nouveau refusé d’accueillir.

De son côté, la Commission européenne a souligné qu’en vertu du droit international c’était la Libye et non l’Union européenne qui était responsable du bateau, qui se trouve actuellement en eaux internationales près de la cote libyenne.

« Le bateau peut demander de débarquer dans l’UE et les États membres peuvent accepter, mais la responsabilité juridique repose sur les seules épaules des autorités libyennes, qui sont celles qui coordonnent le sauvetage », a déclaré la porte-parole de la Commission, Natasha Bertaud.

En août dernier, le Portugal a déjà passé un accord similaire avec les gouvernements espagnol, français, allemand, italien et luxembourgeois pour accueillir une partie des 141 migrants qui avaient été sauvés en Méditerranée par l’Aquarius.

Pour les migrants de l’Aquarius, le périple espagnol a commencé

Les trois bateaux transportant 630 migrants, dont 130 mineurs, secourus par le navire humanitaire Aquarius en Méditerranée sont arrivés au port de Valence dimanche 17 juin, où ils sont pris en charge par 2 300 professionnels. Un article d’Euroefe.

Le Panama retire le pavillon de l’Aquarius

La demande de l’Aquarius fait suite à l’annonce le 21 septembre de l’Autorité maritime du Panama (AMP) de sa décision de retirer le pavillon du navire au motif qu’il « ne respecte pas les procédures juridiques internationales concernant les migrants et les réfugiés pris en charge sur les côtes de la mer Méditerranée ».

Selon les ONG, Marseille, où SOS Méditerranée a son siège et où elle a déjà mis le cap avec 58 migrants à bord, est le seul endroit qui leur offre les garanties pour pouvoir gérer la situation.

Les deux organisations ont demandé au Panama de revenir sur sa décision qui, selon la réglementation maritime, ne peut entrer en vigueur tant que le navire est encore en mer, de sorte qu’elle se concrétisera dès son accostage.

Dans le cas contraire, ils ont demandé aux gouvernements européens de leur accorder un nouveau pavillon et, si cela n’était pas possible, ils ont étendu leur demande aux autres autorités maritimes, déclarant qu’ils n’abandonneraient pas leur mission humanitaire.

Pour le président de SOS Méditerranée en France, Francis Vallat, les pressions des autorités italiennes sur le Panama sont évidentes. Rome a notamment menacé de fermer tous les ports italiens aux bateaux battant pavillon panaméen.

Subscribe to our newsletters

Subscribe