Le pape François exprime son soutien au pacte de Marrakech

Le Pape François salue l'audience jubilaire sur la Place Saint-Pierre, au Vatican, le 9 avril 2016. [REUTERS/Alessandro Bianchi]

Le pape François appelle la communauté internationale à œuvrer « avec responsabilité, solidarité et compassion » vis-à-vis des migrants. Un article de notre partenaire, Ouest-France.

Le pape François a exprimé, ce dimanche, son soutien au Pacte mondial sur les migrations de l’ONU. « Le Pacte mondial pour une migration sûre, ordonnée et régulière, dont l’objectif est d’être un cadre de référence pour la communauté internationale, a été adopté la semaine dernière à Marrakech, au Maroc », a déclaré le pape après la prière de l’Angélus, devant des milliers de fidèles réunis place Saint-Pierre au Vatican.

Certaines solutions anti-immigrations encouragent les jeunes Africains à partir vers l'Europe

La jeunesse africaine occupera une place centrale lors du sommet UE-Afrique. Pour les Européens, le plus important est de mettre en place des accords sur l’immigration avec l’Afrique. Marije Balt estime cependant que les allégations d’esclavage en Libye devraient inciter à la prudence : les solutions rapides pour freiner la migration peuvent avoir un impact grave sur les jeunes Africains.t.

« Solidarité et compassion »

« Je souhaite donc que la communauté internationale puisse œuvrer, grâce à ce Pacte mondial, avec responsabilité, solidarité et compassion vis-à-vis de ceux, qui pour divers motifs, ont quitté leur pays», a ajouté le pape argentin qui a fait de la défense des migrants un point fort de son pontificat.

Le Pacte sur les migrations, un texte non contraignant qui suscite la panique

Peu ambitieux et déjà validé, le Pacte sur les migrations de l’ONU qui doit être signé le 10 décembre prochain à Marrakech génère un vent de panique en Europe. Notamment en France et en Belgique.

 

Plus de 150 pays ont adopté lundi à Marrakech le Pacte mondial sur les migrations des Nations unies. Non contraignant, le Pacte recense des principes (défense des droits de l’Homme, des enfants, reconnaissance de la souveraineté nationale) et liste différentes options de coopération (échanges d’information et d’expertises, intégration des migrants etc.). Il prône l’interdiction des détentions arbitraires, n’autorisant les arrestations qu’en dernier recours.

Subscribe to our newsletters

Subscribe