L’UE sollicitée pour accueillir 42 000 réfugiés afghans sur 5 ans

La commissaire aux Affaires intérieures a souligné qu'à plus court terme, il fallait poursuivre les évacuations des Afghans les plus à risque, notamment les femmes journalistes, juges et défenseurs des droits humains. [STEPHANIE LECOCQ / POOL/EPA]

Le Haut commissariat de l’ONU pour les réfugiés (HCR) souhaite que les pays de l’UE accueillent 42.500 réfugiés afghans au cours des cinq prochaines années, a annoncé jeudi (7 octobre) la commissaire européenne Ylva Johansson, parlant d’un objectif « réalisable ».

La responsable suédoise s’exprimait à l’occasion d’un « forum de haut niveau sur la protection des ressortissants afghans en danger », réunissant de façon virtuelle la plupart des Etats membres de l’Union, le HCR et l’Organisation internationale pour les migrations (OIM), après la prise de pouvoir des talibans.

Le Haut commissaire des Nations unies pour les réfugiés « Filippo Grandi a estimé que ces cinq prochaines années, quelque 85.000 Afghans devront être réinstallés » depuis les pays voisins de l’Afghanistan où ils sont réfugiés vers d’autres pays, a expliqué Ylva Johansson lors d’une conférence de presse. « Et il a proposé que l’Union européenne prenne en charge la moitié », a-t-elle dit.

Les pays de l’UE n’ont pas annoncé d’engagements lors de ce forum. « Je pense que c’est réalisable », a prudemment indiqué la commissaire, tout en soulignant que « certains Etats membres ne pouvaient pas prendre ce genre de décision maintenant car ils sont en pleine formation d’un gouvernement », comme en Allemagne.

La commissaire aux Affaires intérieures a souligné qu’à plus court terme, il fallait poursuivre les évacuations des Afghans les plus à risque, notamment les femmes journalistes, juges et défenseurs des droits humains.

Quelque 22.000 Afghans ont déjà été évacués de leur pays et accueillis dans 24 Etats membres de l’UE, a-t-elle souligné, assurant que ces derniers étaient « prêts à faire plus ».

Des migrants meurent de faim en Biélorussie, près de la frontière lituanienne, selon une ONG

Un groupe de migrants affamés et gelés est bloqué en Biélorussie, à quelque 50 mètres de la frontière lituanienne, selon des informations reçues mercredi (6 octobre) par l’Institut de surveillance des droits de l’homme (HRMI).

Subscribe to our newsletters

Subscribe