La Hongrie lance un sondage national anti-immigration

Le vieillissement de la population ne doit pas être combattu par l'immigration, mais par un soutien accru des familles, selon les Hongrois. [Konstantin Christian/ Shutterstock]

Budapest a lancé une enquête nationale sur les valeurs familiales. Avec l’objectif de mettre en exergue l’opposition des Hongrois à l’immigration face au problème de la décroissance démographique du pays.

En lançant l’enquête sur la politique familiale, pour laquelle des questionnaires ont été envoyés à des millions de ménages, la secrétaire d’État Katalin Novak a déclaré que la Hongrie souhaitait « compter sur ses propres ressources internes » et « ne pas remplacer sa population par des immigrés ». Grâce aux résultats de ce sondage gigantesque, le gouvernement espère bien justifier son opposition à la politique migratoire de l’UE.

Dans le questionnaire, le gouvernement nationaliste de droite accuse l’UE d’essayer de contrer le problème du déclin démographique en augmentant l’immigration. À Budapest, ça ne passe pas. En témoigne la première question, qui demande aux Hongrois de commenter l’affirmation selon laquelle « le déclin de la population ne devrait pas être combattu par l’immigration, mais par un soutien accru des familles ».

« Notre avenir, ce sont les enfants hongrois, a déclaré la secrétaire d’État. « L’Europe est le continent des berceaux vides, il n’y a pas assez d’enfants. »

Le questionnaire, qui s’intitule « Défense de la famille », demandera également aux sondés si la maternité doit être reconnue comme un emploi à plein temps, si le droit de l’enfant à un père et à une mère doit être inscrit dans la Constitution ou si le « développement intellectuel et physique des enfants » est une valeur que l’État doit défendre.

Avec 1,34 enfant par femme, la Hongrie a l’un des taux de fécondité les plus faibles de l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (l’OSCE, composée de 57 États d’Amérique du Nord, d’Europe et d’Asie). Le gouvernement hongrois espère une participation massive pour envoyer un « message fort » à Bruxelles. Et ce n’est pas la première fois qu’un tel sondage national est lancé.

Jean-Claude Juncker, président la Commission européenne, avait critiqué Budapest à ce sujet il y a un an, accusant le gouvernement hongrois d’orienter ostensiblement son questionnaire.

Selon les chiffres officiels, un demi-million de Hongrois seraient partis à l’ouest en quête de travail ces dix dernières années, faisant ainsi tomber la population sous la barre symbolique des dix millions.

Le plan d'attaque de Viktor Orbán pour une nouvelle Europe illibérale

Viktor Orbán, qui avait été encouragé à ses débuts par Helmut Kohl, lance une attaque en règle contre l’Europe ouverte et libérale. Un article d’Euractiv Croatie.

Plus d'information

Bruxelles sévit contre trois pays refusant les réfugiés

Après de vaines mises en gardes, Bruxelles s'est résignée à lancer des procédures d'infraction contre la Hongrie, la Pologne et la République tchèque, pour leur refus obstiné d'accueillir des demandeurs d'asile depuis l'Italie et la Grèce.

Voies légales et aides à l’Afrique, des clés pour freiner l’immigration

Pour freiner l’immigration illégale, l'UE aurait besoin de voies légales d’arrivée et d'une coopération plus intense avec les pays africains. Un article d’Euroefe.

 

La Hongrie qualifie la crise des réfugiés d’« exode massif »

Les mesures prises par les États pour endiguer la crise des réfugiés sont plus efficaces que celles de la Commission, assure un porte-parole hongrois.

Subscribe to our newsletters

Subscribe