Les Suisses déposent leurs ordures en Franche-Comté pour éviter les taxes

Crédit: Alohaflaminggo shutterstock

Les communes de Franche-Comté proches de la frontière suisse voient se multiplier les dépôts d’ordures venues du pays voisin. Une technique de certains citoyens helvètes pour échapper à la taxe sur les déchets ménagers. Un article de notre partenaire l’Ouest-France

De plus en plus de citoyens suisses viendraient déposer leurs ordures dans les poubelles des villes de Franche-Comté proches de la frontière. Les résidents des cantons frontaliers de Vaud ou de Neufchâtel réduiraient ainsi le montant de la taxe sur les déchets que doit acquitter chaque foyer helvète.

Sans oublier qu’en Suisse, pour encourager à jeter le moins possible, les sacs-poubelles écotaxés sont vendus entre 1 et 6 francs suisses, soit de 0,85 à 5,10 €, en fonction de leur taille, précise France Info.

10 tonnes de déchets interceptés

Conséquence directe de cette politique du gouvernement de nos voisins : en 2017, 140 ressortissants helvètes ont été interpellés en Franche-Comté en possession d’ordures qu’ils s’apprêtaient à déposer en France, indique Le Parisien. Chaque contrevenant a fait l’objet d’une amende de 150 €. L’an dernier, la direction des douanes de la région estime à 10 tonnes le poids total des déchets interceptés. Mais beaucoup d’autres Suisses seraient passés entre les mailles du filet.

Aux Rousses (Jura), le phénomène « semble s’amplifier depuis quelque temps », estime ainsi le maire Bernard Mamet. « Quand ils viennent faire leurs courses dans nos grandes surfaces le week-end, les Suisses amènent le sale et ils emportent le propre », ironise l’élu.

La Commission se dote d’une stratégie sur le plastique

La Commission européenne a présenté une stratégie sur le plastique très attendue, afin d’établir une approche commune à la production et à la pollution au plastique pour les années à venir.

Les poubelles fouillées

Dans la région, les Suisses quittent les magasins ou les relais colis en laissant derrière eux les cartons d’emballage. « On a deux poubelles sur le parking. On est obligé de les vider tous les jours. Le supermarché d’à côté a été obligé de doubler le nombre de ses poubelles », raconte à France Info un commerçant de Delle (Territoire de Belfort).

« On aimerait bien que ça ne prenne pas trop d’ampleur. Si les volumes augmentent, ce sont les contribuables français qui vont devoir assumer le surcoût », s’inquiète Bernard Mamet. Certaines communes françaises frontalières ont d’ailleurs commencé à fouiller les déchets déposés à la recherche d’indices permettant d’identifier les indélicats pour les sanctionner.

>> Retrouver cet article sur le site de notre partenaire l’Ouest-France

Subscribe to our newsletters

Subscribe

Envie de savoir ce qu'il se passe ailleurs en Europe? Souscrivez maintenant à The Capitals.