À la lisière de l’Europe, visite dans l’autre Brest

La cathédrale, rare touche de couleur dans une ville encore très marquée par l’ancienne présence soviétique. [Justine Salvestroni/Ouest-France]

Tonnerre sur Brest. Pas la Finistérienne : la Biélorusse. Depuis quelques semaines, les frontières du pays se sont légèrement entrouvertes. L’occasion de visiter cette drôle de cité balnéaire sans plage. Tout y est gris : le ciel, les immeubles, la statue de Lénine. Même les saucissons y ont des antivols… Un article de notre partenaire, Ouest-France.

C’est sous une pluie très bretonne que l’on arrive à Brest, en train depuis Minsk, la capitale de la « dernière dictature d’Europe », à la faveur de la nouvelle loi qui dispense de visa les ressortissants de 80 pays. À condition de ne pas s’attarder sur le territoire plus de cinq jours.

L’UE envisage de suspendre les sanctions contre la Biélorussie

Suite à la libération du dernier prisonnier politique en Biélorussie, l’UE est prête à suspendre les sanctions prises à l’encontre du pays. La 5ième réelection du président bioélorusse, dimanche, ne devrait pas entraver le processus.

La gare, imposant bâtiment aux allures de château, symbolise l’histoire douloureuse et saccadée de cette ville-frontière située aux confins de l’Europe. Son nom rappelle…

Lire la suite sur Ouest-France.fr