Absententions et Verts percent aux municipales françaises

Emmanuel Macron et sa femme votant le 15 mars 2020 EPA-EFE/PASCAL ROSSIGNOL / POOL MAXPPP OUT

Après avoir monopolisé l’attention depuis un an, les élections municipales ont fait un flop. L’abstention  l’a largement remporté, même si les Verts et les maires sortants s’en sortent bien.

Le premier tour des élections municipales s’est déroulé dans une ambiance étrange, entre une abstention énorme et un débat qui a tourné, dans les derniers jours, exclusivement autour du coronavirus, un sujet bien lointain des préoccupations locales.

Malgré une abstention record, 53,5 %, deux tendances semblent se dégager : les écologistes ont percé dans plusieurs grandes villes, dont Bordeaux, Lyon et Besançon, une première pour le parti, alors qu’Eric Piolle, maire EELV de Grenoble, frôlait la réelection au premier tour.

Les eurodéputés français mobilisés pour les municipales

Les eurodéputés français se mobilisent sur la campagne des municipales, qui dure depuis de longs mois déjà. L’une d’entre eux est candidate à Paris.

Les maires sortants ont aussi été favorisés. En revanche, le parti au pouvoir LREM essuie une défaite cuisante un peu partout : s’il aura des élus dans des conseils municipaux, il ne risque pas de remporter de villes importantes. A Paris, Agnès Buzyn, l’ex ministre de la santé qui avait remplacé au pied levé Benjamin Griveaux, a rassemblé 17 % des voix, loin derrière Anne Hidalgo (30 %) et Rachida Dati (22 %).

Un second tour remis en question

Le second tour est de toutes façons remis en question, ce qui selon la loi française supposerait de recommencer toute l’élection lorsque la situation le permettra, y compris pour les maires réelus dès le premier tour. Le Rassemblement national critique déjà cette disposition prévue par la loi : il a remporté les maries de Fréjus et Hénin-Beaumont qu’il tenait déjà, et l’ancien eurodéputé Louis Aliot pourrait conquérir Perpignan.

« L’odeur de gel hydroalcoolique aidant, la salle de classe où était installé le bureau de vote ressemblait plutôt à la salle d’attente d’un dispensaire dont chacun espérait s’échapper au plus vite », souligne le quotidien La Voix du Nord.

La consigne contradictoire du gouvernement, qui a demandé samedi soir à tous les commerces non essentiels de fermer, tout en appelant  à aller voter, a été vilipendé par l’opposition.

Le gouvernement pourrait annoncer l’interdiction de sortie en Ile-de France et dans l’Est de la France dès mardi, alors que le directeur de la Santé a qualifié lundi matin la situation d’inquiétante », le nombre de cas de coronavirus étant doublant tous les trois jours.

 

Subscribe to our newsletters

Subscribe
CONTRIBUER