Alexeï Navalny : Les médecins russes s’opposent à son transfert à l’étranger, départ d’un avion médicalisé d’Allemagne

Le médecin chef Anatoly Kalinichenko face aux journalistes à l’hôpital de Omsk. [EPA-EFE/MAXIM KARLAYEV]

Les médecins soignant le principal opposant russe au Kremlin, Alexeï Navalny, placé en réanimation après un empoisonnement présumé, refusent de le transférer à l’étranger en raison d’un état « instable », ont indiqué ce vendredi 21 aout ses proches qui dénoncent une décision qui « menace sa vie ».

Un avion médicalisé a quitté l’Allemagne ce matin pour aller le récupérer dans l’hôpital de Sibérie où l’opposant russe est en réanimation, ont annoncé des médias allemands. Le président de l’ONG allemande Cinema for Peace, qui avait déjà réalisé une opération similaire avec un membre du groupe d’opposants Pussy Riot en 2018, avait précédemment assuré à l’AFP que l’hôpital berlinois de la Charité était prêt à accueillir Alexeï Navalny.

Celui-ci reste, pour l’instant, dans l’hôpital russe où il a été admis en réanimation jeudi. « Le médecin-en-chef a annoncé qu’il n’est pas transportable. Son état est instable », a indiqué la porte-parole de l’opposant Kira Iarmych sur Twitter. Elle estime qu’il serait « mortellement dangereux de le laisser à l’hôpital non équipé à Omsk avec un diagnostic toujours pas fait ».

Selon elle, la décision des proches de l’opposant n’est pas suffisante pour déclencher son transfert pour être soigné à l’étranger, les médecins s’y refusant.

Le bras droit de l’opposant, Léonid Volkov, a pour sa part dénoncé une « décision politique et non pas médicale ». « Ils attendent que les toxines sortent et cessent d’être détectées dans le corps. Il n’y a ni diagnostic, ni analyse. La vie d’Alexeï est en grand danger », a-t-il écrit sur Twitter.

« C’est clairement plus sûr à bord d’un avion moderne qu’à l’hôpital à Omsk, transférez-le le plus vite possible », a-t-il également plaidé alors que la France et l’Allemagne ont offert jeudi « toute aide médicale ».

« empoisonnement intentionnel »

Alexeï Navalny, l’un des critiques les plus féroces du Kremlin, se rendait de Tomsk à Moscou en avion quand il a fait un malaise, jeudi 20 août. L’appareil a dû faire un atterrissage d’urgence à Omsk, en Sibérie occidentale. L’opposant y a été admis à l’hôpital, placé en réanimation et relié à un respirateur artificiel. Ses alliés ont dit être persuadés qu’il a été victime d’un « empoisonnement intentionnel ».

Principal opposant au Kremlin, dont les publications dénonçant la corruption des élites russes sont abondamment partagées sur les réseaux sociaux, Alexeï Navalny a déjà été victime d’attaques physiques par le passé. Son organisation et ses partisans font régulièrement l’objet de pressions et de procédures en justice.

 

Subscribe to our newsletters

Subscribe
CONTRIBUER