Coronavirus : l’UE discute de sa réouverture aux pays tiers, les USA risquent d’être exclus

Les pays de l'UE poursuivent leurs discussions pour élaborer une liste de pays dont les ressortissants seront autorisés à entrer dans l'Union à partir du 1er juillet. Cette liste, qui devrait comprendre entre dix et quinze Etats, sera au menu d'une réunion vendredi des ambassadeurs des Etats membres. [EPA-EFE/MOHAMED MESSARA]

Les pays de l’UE poursuivent leurs discussions pour élaborer une liste de pays dont les ressortissants seront autorisés à entrer dans l’Union à partir du 1er juillet, sur la base de critères épidémiologiques qui risquent d’exclure les Etats-Unis, a-t-on appris mercredi 24 juin de sources diplomatiques.

« L’objectif à atteindre est d’avoir une liste approuvée à la fin de la semaine », a indiqué à l’AFP une source européenne.

Cette liste, qui devrait comprendre entre dix et quinze Etats, sera au menu d’une réunion vendredi des ambassadeurs des Etats membres.

Ces derniers ont débattu mercredi d’une série de critères à prendre en compte pour autoriser les voyageurs en provenance de pays tiers à entrer dans l’Union et l’espace Schengen, mais ces discussions doivent se poursuivre, selon plusieurs sources.

Les voyages non-essentiels vers le bloc sont interdits depuis la mi-mars et les restrictions doivent être progressivement levées à partir du 1er juillet, alors que la pandémie a reflué en Europe.

Selon un document interne du Conseil de l’UE vu par l’AFP, les pays qui pourront être concernés par une levée des restrictions devront avoir une situation épidémiologique « comparable ou meilleure » que dans l’UE.

Le seuil de 16 infections pour 100.000 habitants sur une durée de 14 jours est mentionné. Ce qui exclurait les Etats-Unis, si l’on s’appuie sur les chiffres des Centres américains de prévention et de lutte contre les maladies (CDC).

Les Etats-Unis sont le pays le plus endeuillé par le COVID-19 avec plus de 121.000 décès. Plus de 2,3 millions de cas ont été détectés et plusieurs Etats du Sud et de l’Ouest du pays enregistrent une flambée des infections.

« Les critères sont avant tout épidémiologiques », a-t-on indiqué de source européenne. Le critère de réciprocité, c’est-à-dire les mesures prises à l’égard des voyageurs en provenance de l’UE par les Etats tiers, « vient dans un deuxième temps, c’est un levier de négociation », commente-t-on de même source.

Le New York Times a fait état mardi soir de deux projets de liste de pays qui feraient l’objet de négociations au sein de l’UE dont les Etats-Unis seraient exclus.

Mercredi, le chef de la diplomatie américaine Mike Pompeo a dit espérer une solution « dans les prochaines semaines » pour rouvrir la frontière USA-Europe, estimant qu’il était « important pour les Etats-Unis que les Européens puissent revenir », et inversement. Mais il s’est gardé de prendre un engagement précis.

Le président Donald Trump a interdit depuis le 13 mars l’entrée dans son pays aux voyageurs venant de la plupart des Etats européens pour tenter de stopper la propagation de la pandémie de COVID-19, comme il l’a également fait avec la Chine, l’Iran, le Brésil, le Mexique et le Canada.

La Commission européenne a recommandé une « réouverture partielle et progressive » des frontières extérieures après le 30 juin, une fois les frontières internes rouvertes au sein l’espace Schengen. Si la gestion des frontières est une prérogative nationale, les Etats membres tentent de se coordonner sur les frontières extérieures.

Subscribe to our newsletters

Subscribe
Contribuer