Un pont croate pour enjamber la Bosnie

projection pour le pont de Pelješac.

Grâce à des financements européens, la Croatie veut construire un pont qui reliera le sud de son territoire au reste du pays, sans passer par la Bosnie. Le projet a été confié à une firme chinoise.

Zagreb rêve depuis longtemps de relier sa région la plus méridionale, la région de Dubrovnik, au reste du pays en construisant un pont qui lui permettrait de ne pas passer par la Bosnie-Herzégovine, qui a un accès à la mer à Kotor. Cela permettrait d’éviter les contrôles fastidieux des frontières externes de l’UE.

Un rêve qui s’est rapproché en juin dernier, quand l’UE a promis plus de 350 millions d’euros pour la construction du pont, soit 85 % des coûts projetés. Le chantier a été confié à une firme chinoise, une décision qui a provoqué un recours en justice en janvier, et donc un arrêt du projet.

C’est un consortium turco-italien, dont l’offre a été rejetée par la Croatie, qui attaque la décision. Selon ses membres, l’offre chinoise comportait des aides d’État illégales sous forme de garanties. Une entreprise autrichienne estime par ailleurs que l’offre chinoise n’était pas compatible avec les règles européennes sur l’investissement et les marchés publics.

L’organe croate qui s’occupe des appels d’offres, le DKOM, a rejeté ces deux accusations. Dans un communiqué de presse, son président assure que la construction du pont « ne serait pas retardée ». Officiellement, le pont devrait être terminé en 2022.

La corporation chinoise des routes et ponts continuera donc la construction du pont de Pelješac, qui avait été commencée en 2007, avant d’être abandonnée faute de financements. Elle se chargera à la fois du pont et des tunnels et routes d’accès.

L’Europe centrale et orientale toujours plus proche de la Chine

16 pays d’Europe centrale et orientale se sont rassemblé en Hongrie autour de Viktor Orbán pour un forum commercial avec la Chine. Le pays étend doucement son emprise, y compris sur les pays des Balkans qui ne font pas partie de l’UE.

 

L’ambassade chinoise à Zagreb s’est réjouie de cette décision, insistant sur le fait qu’elle permettra à davantage d’entreprises chinoises d’opérer sur le marché du plus jeune État membre de l’UE. Dans un communiqué, l’ambassade précise que le chantier utiliserait autant de main-d’œuvre locale que possible et que le savoir-faire tiré de la création de ce type d’infrastructure ailleurs sera partagé avec les Croates.

Le pont de Pelješac est le dernier exemple d’une série de projets européens impliquant la Chine, dont un grand nombre se heurte à des questions de légalité. Ça a notamment aussi été le cas pour le chemin de fer entre la Grèce et l’Europe centrale, qui enfreint les règles relatives aux marchés publics de l’UE.

Le pont permettrait de relier la région très touristique de Dubrovnik, où a été tournée une partie de Game of Thrones, au reste du pays. Le tourisme est l’un des secteurs les plus rentables d’un pays doté de plages à n’en plus finir. On compte régulièrement plus de 15 millions de visiteurs en Croatie, qui ne compte que  millions d’habitants. Le secteur représente 20 % du PIB.

La Croatie ne fait pas encore partie de l’espace Schengen, mais aspire à rejoindre la zone sans frontière et la monnaie unique, à terme. L’an dernier, de nouvelles règles relatives à Schengen ont semé la pagaille à la frontière entre la Croatie et la Slovénie.

La Croatie veut solder ses problèmes frontaliers avant l'été

Le Premier ministre croate espère régler les problèmes de congestion à sa frontière avec la Slovénie avant le début de la saison touristique qui représente 18% du PIB du pays.

Subscribe to our newsletters

Subscribe
CONTRIBUER