En Chine, Emmanuel Macron joue la carte de l’Europe

Camus / POOL MAXPPP OUT

Le Président français est arrivé, ce lundi 4 novembre, à Shanghai, accompagné d’un commissaire européen et d’une ministre allemande. Il s’agit de jouer européen pour peser face à Pékin. Un article de notre partenaire, Ouest-France.

Emmanuel Macron avait promis de se rendre tous les ans en Chine. Il a débuté, ce lundi, une deuxième visite, après celle de janvier 2018. Avec toujours le souci de jouer européen. Il a atterri à Shanghai accompagné comme c’est l’habitude de chefs d’entreprise français (Orano, Sanofi, Safran, Schneider, Airbus, Bigard, Limagrain…), mais aussi de deux invités européens qui ne s’imposaient pas dans une relation bilatérale.

Macron, Merkel et Juncker face à Xi Jinping

Emmanuel Macron a invité Angela Merkel et le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker à se joindre à une réunion avec le président chinois Xi Jinping afin d’afficher un front européen uni pour rééquilibrer les relations avec Pékin.

Le commissaire européen Phil Hogan, qui est en charge de l’agriculture dans la Commission Jean-Claude Junker et devrait prendre le Commerce dans celle qu’a préparée Ursula von der Leyen, est clairement intéressé par la rencontre. Tout comme la ministre allemande de l’Éducation et de la Recherche, Anna Karliczek.

« Plus on joue en Européens, plus on a des résultats »

Xi Jinping, le numéro 1 chinois, va devoir s’y habituer. L’an dernier, à l’Élysée, il avait été reçu par un Emmanuel Macron flanqué d’Angela Merkel et Jean-Claude Junker. Les Européens veulent montrer qu’ils jouent collectifs face à leur deuxième partenaire commercial. En 2020, la présidence allemande de l’Union européenne organisera un Sommet des 27 avec la Chine.

Il s’agit évidemment de peser dans la définition des règles commerciales. « Plus on joue en franco-allemand et surtout en Européens, plus on a de la crédibilité et des résultats », a déclaré Emmanuel Macron avant d’atterrir à Shanghai. Pour la France, l’enjeu est important puisqu’elle importe pour 50 milliards d’euros de biens de Chine alors qu’elle n’exporte que 21 milliards. Un accord sur les indications géographiques protégées devrait être signé mercredi.

Les États membres durcissent le ton vis-à-vis de la Chine

L’UE cherche à rééquilibrer sa relation avec Pékin, alors que la Chine est devenue une « rivale systémique » économique et commerciale de l’Europe.

> Lire la suite sur Ouest-France

Subscribe to our newsletters

Subscribe

Envie de savoir ce qu'il se passe ailleurs en Europe? Souscrivez maintenant à The Capitals.