Traite des êtres humains : Interpol réussit un joli coup de filet

Selon certaines sources, les représentants des forces de l’ordre de 47 pays ont pris part à l’Opération Liberterra du 5 au 9 juillet. [Twitter account of the head of Interpol]

Au cours d’une opération longue de quatre jours, Interpol a arrêté 286 suspects membres de groupes criminels impliqués dans la traite de personnes et le trafic de migrants. Coup de projecteur.

Selon certaines sources, les représentants des forces de l’ordre de 47 pays ont pris part à l’Opération Liberterra du 5 au 9 juillet, permettant quelque 500 000 inspections à des points de contrôle ou dans des aéroports, tout comme dans des zones prioritaires repérées par les services de renseignement. Ainsi, rien que le premier jour, les autorités tanzaniennes ont arrêté un chauffeur de bus ougandais transportant une boîte de 169 faux passeports de Kampala à Dar es Salaam.

D’après un communiqué de presse, les autorités ont ainsi sauvé 430 victimes du trafic d’êtres humains et identifié 4 000 clandestins originaires de 74 pays différents. Un grand nombre d’entre eux ont eu besoin d’une aide au logement, d’une assistance médicale et psychologique et ont été pris en charge en ce sens par des services dédiés. Dans le cadre de l’opération, les autorités soudanaises ont secouru 253 personnes et arrêté 32 suspects, tandis que les garde-côtes tunisiens ont porté assistance à 69 migrants africains après avoir reçu un appel de détresse du bateau les transportant.

De plus, 60 nouvelles enquêtes transnationales ont été ouvertes à la suite de cette opération conjointe, soutenue notamment par l’Organisation internationale pour les migrations, l’Office des Nations unies contre les drogues et le crime et l’agence européenne spécialisée dans la répression de la criminalité Europol.

« L’opération Liberterra est un aperçu sur cinq jours de la situation de ces trafics internationaux et de la principale motivation de ces réseaux criminels très bien organisés : le profit », a déclaré dans un communiqué Jürgen Stock, secrétaire général de l’organisation internationale de coopération policière, dont le siège est à Lyon.

« Avec 22 groupes criminels démantelés, elle montre aussi ce qui peut être réalisé grâce à une action globale, coordonnée des forces de l’ordre », a-t-il ajouté.

Côté UE et Balkans occidentaux, six membres d’un groupe criminel organisé auraient été arrêtés en Macédoine du Nord. Son leader collaborait avec des associés dans le Moyen-Orient afin de faire passer des migrants d’Afghanistan, du Bangladesh, du Pakistan et de Syrie vers la Grèce. Un groupe similaire établi en Espagne et assurant la traversée de migrants depuis l’Algérie jusqu’à la côte ibérique a également été démantelé.

Par ailleurs, la Croatie a enregistré plusieurs accidents mortels lorsque des trafiquants ont tenté de passer outre des contrôles douaniers. En Slovénie, des migrants ont été contraints de se cacher dans des niches pour chien au cours de leur voyage. En Grèce, certains auraient payé jusqu’à 2 000 euros par personne pour un trajet en voiture de quatre heures à travers le pays.

Subscribe to our newsletters

Subscribe