La France tend la main à la Russie

L’actu en capitales décrypte l’info de toute l’Europe, grâce au réseau de rédactions d’Euractiv.

>> Vous pouvez vous abonner à la newsletter ici

PARIS

Vers un sommet avec l’Ukraine. « Le moment est venu de travailler à la réduction de la défiance [avec la Russie] », a déclaré le ministre français des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, à l’issue d’une réunion avec la ministre de la Défense Florence Parly et leurs homologues russes, Sergey Lavrov et Sergey Shoygu.

Il a toutefois ajouté qu’il était encore trop tôt pour lever les sanctions de l’UE contre Moscou.

Il s’agissait de la première visite officielle en Russie depuis l’annexion de la Crimée en 2014. Depuis lors, les relations entre l’UE et la Russie n’étaient pas au beau fixe, les États membres ayant imposé des sanctions contre Moscou en raison de l’annexion et du rôle de la Russie dans le conflit en Ukraine.

Le 27 août, le Président Emmanuel Macron avait mis l’accent sur la Russie lors de son discours annuel devant les ambassadeurs français, leur déclarant que « l’Europe disparaîtrait » si elle ne repensait pas sa stratégie envers la Russie.

La France a l’intention d’organiser un sommet à Paris avec la Russie, l’Ukraine et l’Allemagne. Aux yeux de Florence Parly, « nous n’avons pas toujours la même vision, mais « il est important de pouvoir se parler, d’éviter des incompréhensions, des frictions ».

« Nous aimerions organiser à Paris une nouvelle rencontre ‘format Normandie’ au plus haut niveau », a-t-elle déclaré. (Euractiv.fr, Sarantis Michalopoulos/Euractiv.com)

MADRID

L’Espagne va stimuler les plans Brexit sans accord. Le gouvernement espagnol prévoit de renforcer sa coopération avec les communautés et les régions autonomes en cas d’un Brexit dur.

La semaine dernière, le Premier ministre socialiste espagnol, Pedro Sánchez, a convoqué le Conseil des ministres à Madrid pour analyser des mesures spécifiques dans le cas où le Royaume-Uni quitterait le navire européen sans un accord de divorce, et ce, avant le 31 octobre.

“L’Espagne est prête à faire face aux effets néfastes d’un ‘hard’ Brexit. Quoi qu’il en soit, l’exécutif veut renforcer sa coopération avec les gouvernements autonomes”, a déclaré le Premier ministre espagnol.

Les mesures supplémentaires viseront à réduire l’impact négatif d’un Brexit sans accord sur l’économie, en se concentrant sur le tourisme, l’industrie et le secteur bancaire, tandis qu’un groupe de travail de la “Commission interministérielle pour le Brexit”, devrait se réunir chaque semaine pour surveiller la mise en œuvre des plans de secours. (Fernando Heller/EuroEFE.Euractiv.es)

VARSOVIE

Programmes électoraux. Alors que la Pologne entre dans la phase cruciale de la campagne électorale en vue des élections législatives du 13 octobre, les deux principaux partis — le parti de droite au pouvoir, le parti Droit et Justice (PiS/ECR) et la Coalition civique (KO) — promettent aux électeurs la lune: des pensions minimales plus élevées, un accès gratuit à Internet pour les jeunes, des impôts moins élevés pour les indépendants et les petits entrepreneurs, des fonds pour la rénovation des hôpitaux, des gares ou encore la construction de 100 voies périphériques.

Le PiS, qui a une avance de 19 points dans les sondages, a mis sur la table des promesses encore plus ambitieuses : augmenter sensiblement le salaire minimum, les prestations pour les retraités et des paiements européens plus élevés pour les agriculteurs. Jusqu’à présent, les deux parties ont négligé de mentionner comment elles entendent financer leurs promesses. (Łukasz Gadzała, Euractiv.pl/ Alexandra Brzozowski, Euractiv.com)

BERLIN

L’intégration des réfugiés est couronnée de “succès”. La déléguée gouvernementale à l’intégration des étrangers, Annette Widmann-Mauz (CDU), a déclaré que l’intégration des réfugiés sur le marché du travail allemand était un succès.

“L’évolution au cours des quatre dernières années a été nettement meilleure que ce que les experts du marché du travail avaient prévu”, a-t-elle déclaré au Rheinische Post. Selon les derniers chiffres, 399 000 demandeurs d’asile sont actuellement employés. Selon la déléguée, de plus en plus d’entreprises forment les réfugiés à devenir des travailleurs qualifiés. (Claire Stam, Euractiv.de)

ROME

Un exécutif plus respectueux. Le Premier ministre italien,  Giuseppe Conte, a remporté le premier vote de confiance à la chambre basse du Parlement, et un second est attendu aujourd’hui au Sénat. Le feu vert des députés a été donné après un discours de 90 minutes dans lequel Conte a exposé les priorités politiques du nouveau gouvernement. “Le langage de ce gouvernement sera plus modéré”, promet-il. (Gerardo Fortuna, Euractiv.com)

LONDRES

Pas de prolongation pour le Brexit. Le Premier ministre Boris Johnson a déclaré mardi (10 septembre) qu’il ne demanderait pas de prolongation pour le Brexit, quelques heures après l’entrée en vigueur d’une loi exigeant qu’il reporte, à 2020, la sortie de la Grande-Bretagne de l’Union européenne, à moins qu’il trouve un accord de divorce.

>> Lire aussi : La France opposée à un report du Brexit “dans l’état actuel des choses”

ATHÈNES

Deux réunions cruciales. Le Premier ministre grec, Kyriakos Mitsotakis, prévoit deux réunions cruciales fin septembre : l’une avec le président américain, Donald Trump, et l’autre avec son homologue turc, Recep Tayyip Erdoğan. Le gouvernement grec essayera de pousser à l’investissement avec les États-Unis, alors qu’avec la Turquie, il vise à faire pression sur Ankara pour mettre un terme aux violences au large des côtes chypriotes.

NICOSIE

Rejeté parce qu’il a agi comme un commissaire européen. La pression exercée par la Commission européenne sur les États membres pour qu’ils durcissent le ton au sujet du système d’octroi de visas dorés aux investisseurs étrangers semble avoir empêché le commissaire chypriote sortant,  Christos Stylianides, de briguer un nouveau mandat.

Lorsque le président Níkos Anastasiades a demandé à Christos Stylianides pourquoi les visas dorés avaient été abordés au sein de l’exécutif européen, Christos Stylianides a rétorqué qu’il faisait son boulot de commissaire et qu’il n’était pas là pour protéger les intérêts grecs. (Sarantis Michalopoulos/Euractiv.com)

SOFIA

Satisfait du futur portefeuille. “Je suis convaincu que nous obtiendrons un portefeuille qui nous plaira, qui sera moderne et digne de la Bulgarie. Et son financement sera au moins trois fois plus important qu’auparavant”, a déclaré le Premier ministre, Boyko Borissov, à propos du futur commissaire bulgare. La candidate bulgare,  Mariya Gabriel, devrait obtenir le portefeuille Éducation, Jeunesse, Sport et Culture. Auparavant, M. Borissov avait cependant déclaré qu’il souhaitait un autre portefeuille couvrant le marché unique numérique et la cybersécurité. (Dnevnik.bg)

>> Lire aussi : qui sont les nouveaux commissaires européens ?

ZAGREB

La Croatie et l’Allemagne vont coopérer. La Croatie et l’Allemagne travailleront ensemble à la présidence du Conseil de l’UE. Zagreb prendra le relais à partir de janvier 2020, tandis que Berlin lui succédera au second semestre 2020.

Lors d’une réunion des ministres des Affaires étrangères à Berlin, Gordan Grlić Radman et Heiko Maas, ont confirmé leur volonté de travailler main dans la main. Heiko Maas a déclaré que les préparatifs conjoints nécessitaient une coordination de haut niveau entre les deux pays, non seulement au niveau bilatéral, mais aussi au niveau de l’UE. Un fonctionnaire du ministère allemand des Affaires étrangères sera déployé à Zagreb au cours du premier semestre de l’année prochaine pour aider à la préparation et à la coordination des opérations, a-t-il ajouté. (Željko Trkanjec, Euractiv.hr)

Subscribe to our newsletters

Subscribe

Envie de savoir ce qu'il se passe ailleurs en Europe? Souscrivez maintenant à The Capitals.