Armin Laschet appelle l’Allemagne à revoir ses dépenses militaires à la hausse

Armin Laschet a fait savoir auprès du Bild am Sonntag que s’il devenait chancelier lors des prochaines élections, il s’engagerait à maintenir l’objectif de dépenses militaires égales à 2 % du PIB. EPA-EFE/CLEMENS BILAN / POOL [CLEMENS BILAN]

En marge du sommet de l’OTAN prévu aujourd’hui (14 juin) à Bruxelles, le candidat chrétien-démocrate à la chancellerie allemande a appelé l’Allemagne à honorer ses engagements sur le plan militaire. Un article d’Euractiv Allemagne.

Les dirigeants des 30 États membres de l’OTAN se rencontrent aujourd’hui à Bruxelles. À l’ordre du jour  ? La Chine, la Russie et la cybersécurité.

Dans ce contexte, Armin Laschet a fait savoir auprès du Bild am Sonntag que s’il devenait chancelier lors des prochaines élections, il s’engagerait à maintenir l’objectif de dépenses militaires égales à 2 % du PIB.

« Lorsque nous fixons quelque chose à l’échelle internationale, nous devons nous y tenir », a-t-il déclaré.

En outre, le représentant de la CDU appelle aussi l’Allemagne à renforcer ses actions en Afrique. « Nous devons faire plus en Afrique et autour de la mer Méditerranée », a-t-il souligné, faisant référence à l’arrêt par la France des opérations de la force « Barkhane » au Mali.

Emmanuel Macron annonce la fin de l’opération Barkhane au Sahel

À la veille du G7 au Royaume-Uni, Emmanuel Macron a annoncé que la France allait opérer une « transformation profonde » de sa présence militaire au Sahel, et la fin de l’opération Barkhane.

« Nous sommes présents au Mali avec la France. Il est toujours possible de s’entretenir sur une meilleure répartition des charges dans la région », a-t-il expliqué. Pour rappel : l’armée allemande fait non seulement partie de la mission de formation de l’UE au Mali, mais également de la mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation au Mali (MINUSMA).

La semaine dernière, l’Hexagone a une « transformation profonde » de la présence militaire française au Sahel. Selon l’AFP, à l’horizon 2023, il ne devrait rester qu’environ 2500 soldats français au Sahel contre 5100 aujourd’hui. Vendredi (11 juin), la ministre française de la Défense Florence Parly a pressé les pays africains dans la région en crise à s’engager davantage dans la lutte contre la propagation des groupes armés islamistes.

Par ailleurs, dans les sondages actuels allemands retraçant l’avancée des élections fédérales, la CDU/CSU s’élève à 27 %, tandis que les Verts obtiendraient 7 % des voix.

Toutefois, ces derniers se sont récemment montrés prêts au compromis en matière de politique étrangère.

Lors de leur congrès, qui s’est terminé dimanche (13 juin), les Verts semblaient avoir quelque peu changé leur fusil d’épaule quant à l’acquisition de drones par l’armée allemande : avec une majorité de 4 voix seulement, il a été convenu de garder l’option sur la table. Parallèlement, ils refusent toujours de porter l’objectif des dépenses militaires à 2 % du PIB.

« Nous nous engageons en faveur d’une nouvelle définition des objectifs qui ne soit pas abstraite et statique, mais fondée sur des responsabilités. Et nous chercherons à dialoguer avec les partenaires de l’OTAN à ce sujet. »

Sommet des retrouvailles à l'Otan, mais crispations sur la Chine

Les Européens sont méfiants et divisés face à la réorientation stratégique voulue par les Américains. Deux points d’achoppement émergent : le financement de la défense et la Chine.

Subscribe to our newsletters

Subscribe