Les électeurs du RN sont particulièrement mobilisés

Les électeurs devaient choisir, en France, entre 34 listes différentes. Photo EA

La participation des Français aux élections européennes est plus forte que prévu. Les départements les plus enclins à voter extrême-droite affichent des taux de participation plus importants.

La participation aux élections européennes – en baisse quasi-constante depuis 1979 _ devrait cette fois être meilleure que prévu. En France, à 17h00, 43,29 % des électeurs ont déjà voté, soit 8 % de plus qu’en 2014 à la même heure. Une remobilisation appelée de ses vœux par la majorité  présidentielle et les institutions européennes.

Mais la mobilisation des électeurs est variable selon leur orientation politique. Ainsi, les électeurs du RN semblent plus mobilisés que d’autres selon les premières indications géographiques.

>>Lire: 4 Français sur 10 dans l’indifférence

C’est en effet dans les départements où les électeurs ont surtout voté en faveur de Marine Le Pen lors des précédentes élections présidentielles, nationales et européennes, qui semblent s’être le plus mobilisés selon les premières projections issues de la participation à 12h dans les bureaux de vote.

Si cette tendance se confirme, les électeurs historiquement favorables au Rassemblement national seront plus nombreux à s’être déplacés aux urnes. Cette expression du ras-le-bol contre le gouvernement et le président de la République devrait se traduire par une grosse cohorte d’eurodéputés RN au Parlement européen, à peu près identique à celle de 2014.

Le parti LREM risque de terminer relativement loin derrière le Rassemblement national, ce qui représenterait un camouflet pour le président de la République. La campagne du parti Renaissance a été très courte et peu efficace, mais en même temps le Rassemblement national est le seul parti à disposer désormais d’un socle d’électeurs solides, anti-systèmes, dont une partie a exprimé son rejet des institutions dans le mouvement des Gilets jaunes.

Alerte abstention : 8 jeunes sur 10 risquent de ne pas voter aux européennes

Les jeunes sont les premières victimes du manque d’information sur l’UE, le démarrage tardif de la campagne et une défiance accrue à l’égard des institutions.

Subscribe to our newsletters

Subscribe

Envie de savoir ce qu'il se passe ailleurs en Europe? Souscrivez maintenant à The Capitals.