Pittella appelle l’UE à intervenir d’urgence en Sierra Leone

[Ernest Henry/EPA]

Gianni Pittella demande à l’UE d’aider de toute urgence le Sierra Leone suite aux inondations et aux glissements de terrain survenus dans la capitale, Freetown, et ayant fait de nombreuses victimes.

« C’est une tragédie qui pourrait s’aggraver si nous ne venons pas en aide aux survivants. De nombreuses personnes se retrouvent sans abri, et avec nulle part où aller. L’UE doit réagir dans la plus grande urgence », a déclaré Gianni Pittella, président du groupe socialiste au Parlement européen.

Dans un court communiqué, le service européen d’action extérieure a affirmé que l’UE était « prête à aider ». La Commission européenne a aussi annoncé mettre à disposition une première aide humanitaire d’urgence de 300 000 euros.L

Le Sierra Leone a entamé le 16 août une semaine de deuil pour les 300 personnes retrouvées mortes jusqu’à présent, dont 105 enfants, suite aux pluies torrentielles et aux glissements de terrain qui représentent l’une des plus grandes catastrophes naturelles qu’ait connu le pays.

La famille de Mabinty Sesay participait dimanche soir à une veillée de prière à l’église du quartier de Regent, dans les faubourgs de la ville, l’une des zones les plus touchées, lorsqu’une coulée de boue a dévalé et recouvert l’édifice.

« J’ai perdu 13 membres de ma famille, mais je n’ai pu en identifier que deux », a expliqué la jeune femme expliqué, alors qu’une autre femme perdait connaissance en identifiant son mari.

Les victimes qui n’avaient pas pu être identifiées en fin de journée mercredi seront enterrées dans la localité proche de Waterloo jeudi et vendredi, aux côtés des tombes de personnes décédées pendant l’épidémie du virus Ebola (4 000 morts en Sierra Leone en 2014 et 2015).

Alors que 600 personnes sont toujours portées disparues à Freetown, le président Ernest Bai Koroma a reconnu que le défi humanitaire était énorme. « Nous sommes débordés », a-t-il déclaré.

Les drapeaux ont été mis en berne pour une semaine sur les bâtiments publics et le président a appelé à une aide urgente après avoir visité le quartier de Regent.

« Il y a un besoin en nourriture, en eau, en équipements sanitaires et en aide médicale. Comme nous sommes toujours en saison des pluies, d’autres inondations sont encore possibles », a expliqué Adele Fox, coordinatrice santé pour l’ONG Concern Worldwide, dans des propos rapportés par l’AFP.

Située en bordure de mer, Freetown – surpeuplée avec environ 1,2 million d’habitants – est frappée chaque année par des inondations qui entraînent leur lot de maladies : dysenteries et choléra notamment. Des habitations précaires sont régulièrement emportées par des pluies torrentielles, mais jamais jusqu’ici à une telle échelle.

Les responsables de la morgue centrale de Freetown évoquent déjà le nombre de 400 morts.

Le gouvernement de Sierra Leone, l’un des pays les plus pauvres au monde, a promis de porter secours aux 3 000 personnes désormais sans abri suite à la catastrophe, selon les estimations de la Croix-Rouge.

Les autorités ont ouvert un centre d’intervention d’urgence dans le quartier de Regent et des centres d’enregistrement pour compter ceux qui se retrouvent dans la rue.

Plusieurs agences de l’ONU redoublent d’efforts à Freetown. Le Programme alimentaire mondial par exemple a distribué des rations de riz, de légumineuses et d’huiles de cuisson à 7 500 personnes pouvant durer deux semaines. L’ambassade d’Israël au Sénégal a envoyé 20 000 portions de nourriture et « de l’eau propre, des couvertures et d’autres produits nécessaires vont suivre ». Quant aux pays d’Afrique de l’Ouest, les gouvernements ont envoyé de l’argent et des sacs de riz.

 

Contexte

Subscribe to our newsletters

Subscribe

Envie de savoir ce qu'il se passe ailleurs en Europe? Souscrivez maintenant à The Capitals.