Semaine décisive pour la candidature de Sylvie Goulard

EPA/CARSTEN KOALL

La candidate doit tenter de convaincre les eurodéputés par des réponses écrites à de nouvelles questions. Un oral de rattrapage est envisageable en fin de semaine.

Les eurodéputés des commissions du marché intérieur et de l’industrie ont fait parvenir à la candidate française Sylvie Goulard 11 pages de questions complémentaires portant à la fois sur le fond de son poste et sur ses activités passées.

La candidate doit répondre d’ici mardi 8, et les commissions de l’industrie et du marché intérieur voteront de nouveau. Elle devra alors obtenir une majorité des deux tiers lors de ce vote, faute de quoi une nouvelle audition serait organisée le 10 octobre.

Audition compliquée pour Sylvie Goulard au Parlement européen

Les partis de droite et de gauche ont concentré leurs questions sur les enjeux d’intégrité plutôt que d’évoquer le fond des dossiers.

Parmi les questions, les élus s’interrogent de nouveau sur la collaboration de la candidate avec le think-tank américain Berggruen dans le passé, certains députés estimant que ses réponses sur le sujet ont été vagues. Ils s’interrogent notamment sur la divulgation d’informations à son employeur américain.

Les élus assurent notamment que le fondateur du think-tank a « des liens financiers forts avec des zones économiques en concurrence avec l’Union européenne, comme la Chine ou la Californie ».

Dans une autre question, les eurodéputés interrogent Sylvie Goulard sur le fait qu’elle ait mis en relation la famille Berggruen avec le président français. Selon un mail issu des Macron Leaks, le parti En Marche aurait ainsi reçu un don de 4000 euros de la part du frère de Nicolas Berggruen, le patron du think tank, durant la campagne présidentielle.

Dans l’entourage du président, les soutiens de François Bayrou ne manquent pas de souligner que la candidature de Sylvie Goulard était une mauvaise idée, avançant des arguments d’éthique dont le poids est relatif au regard du nombre pléthorique de  membres et conseillers que compte le think-tank Berggruen. Aujourd’hui encore, on retrouve parmi eux Jacques Attali, Tony Blair, Carl Bildt, Jacques Delors, Luc Ferry, Pascal Lamy, Alain Minc, Bernard-Henri Levy, Mario Monti , Guy Verhofstadt ou Nicolas Sarkozy.

Selon une source au Parlement européen, l’audition de Josep Borrell qui se tient ce lundi 7 octobre aura été décisive dans la suite de la procédure.

En effet, le groupe des sociaux démocrates craignait depuis le départ que son candidat, déjà condamné pour un délit d’initié et mis en cause pour des conflits d’intérêt, ne soit retoqué. Or le candidat espagnol a bénéficié d’une audition relativement clémente, signe de la paix des braves conclue entre les chefs des principaux partis : les présidents de groupe ont visiblement enterré la hâche de guerre, de peur que le Parlement ne finisse par se décrédibiliser. Ce qui devrait plaider en faveur de Sylvie Goulard.

Subscribe to our newsletters

Subscribe

Envie de savoir ce qu'il se passe ailleurs en Europe? Souscrivez maintenant à The Capitals.