La stabilité sur le pourtour méditerranéen apportera la stabilité en Europe

DISCLAIMER: Toutes les opinions affichées dans cette colonne reflètent l'avis de l'auteur, pas celle d'EURACTIV Media network.

Promoted content

© European Union 2021, Alexis Haulot

La stabilité dans la région méditerranéenne apportera la stabilité en Europe. Il faut continuer à renforcer le dialogue, avec un engagement renouvelé de partenariat et de coopération. Nous faisons face aux mêmes défis. Il n’y a qu’ensemble que nous pourrons en saisir les opportunités.

Margarida Marques est la coordinatrice S&D de la délégation du Parlement européen à l’Assemblée parlementaire euro-méditerranéenne.

L’Assemblée parlementaire de l’Union pour la Méditerranée commencera aujourd’hui à Bruxelles, et rassemblera des eurodéputés et des représentants des parlements des 42 pays membres. Avant ce grand rendez-vous, l’eurodéputée S&D Margarida Marques explique pourquoi l’UE a besoin de renouveler son engagement de partenariat avec la région méditerranéenne.

La mer Méditerranée est une région complexe sur les plans politiques, économiques, sociaux et culturels. Elle est fragmentée et constituée d’un ensemble de pays non homogènes, qui partagent néanmoins une histoire et des ambitions géopolitiques.

Au cours des dernières décennies, la région de la Méditerranée a connu des transformations importantes, en particulier au cours des dix dernières années avec le Printemps arabe. Un partenariat stratégique avec l’Union européenne est indispensable afin que nous puissions transformer les défis communs en opportunités. Un tel partenariat couvre la mise en place d’institutions démocratiques et la garantie de l’État de droit. Ce sont des facteurs clés pour assurer une stabilité et un développement durables dans l’ensemble de la région.

La région méditerranéenne fait face à des défis géopolitiques, socio-économiques, climatiques et environnementaux, dont beaucoup nécessitent un niveau de coopération plus élevé et des actions conjointes. La coopération en matière d’énergie et la lutte contre le changement climatique sont clairement des domaines prioritaires que les partenaires doivent affronter ensemble. Les effets du changement climatique (pénuries d’eau, augmentation des températures, désertification et hausse du niveau de la mer) commencent à être ressentis dans tous les pays de la région, entraînant des effets socio-économiques dans un environnement géopolitique sensible. Un résultat notable du changement climatique est l’augmentation des migrations forcées dans la région, qui aura un impact sur l’Europe et ses politiques. Le changement climatique est de plus en plus problématique, et constitue une question de plus en plus importante pour le Parlement européen. La lutte contre le changement climatique est d’ailleurs la devise de la présidence de l’Union pour la Méditerranée assurée par le Parlement européen.

La hausse perceptible des prix de l’énergie que nous constatons actuellement en Europe, due en grande partie à l’augmentation des prix du gaz naturel, et indubitablement un élément géopolitique qui aura une influence sur l’avenir de la région méditerranéenne. Celle-ci, qui était importatrice d’énergie, est désormais un important fournisseur de gaz naturel. Toutefois, les ambitions nourries par beaucoup des partenaires dans la région de devenir des exportateurs majeurs de gaz naturel à destination de l’Europe, en proposant une alternative à la Russie, posent un problème fondamental. Cela va à l’encontre de l’ambition européenne et de son engagement envers la neutralité carbone. Les discussions à venir en Europe sur la question de savoir si le gaz doit être considéré comme une énergie de transition, et s’il faut l’inclure dans la taxonomie, auront indubitablement un impact sur la stratégie de transition énergétique sur le pourtour méditerranéen.

L’Union pour la Méditerranée est une plateforme unique pour se réunir et promouvoir le dialogue et la coopération dans cette région. Elle doit aussi servir de plateforme pour promouvoir des projets et des initiatives rendant cette région plus résistante face au changement, avec un modèle de croissance et de développement plus durable et plus inclusif, respectueux des droits humains et des libertés fondamentales. Relever le défi de la transition climatique demandera plus que des engagements de la part de ces pays vis-à-vis des objectifs environnementaux. L’Union européenne doit renforcer ses partenariats au niveau des gouvernements, des organisations, de la société civile, et des communautés locales. Il est impératif de mieux comprendre les besoins et les défis auxquels ces pays font face afin de mieux les soutenir dans l’accès au financement.

Il faut continuer à renforcer le dialogue, avec un engagement renouvelé de partenariat et de coopération. Nous faisons face aux mêmes défis. Il n’y a qu’ensemble que nous pourrons en saisir les opportunités. La stabilité dans la région méditerranéenne apportera la stabilité dans toute l’Europe.

Subscribe to our newsletters

Subscribe