Haine en ligne : une frontière de plus en plus mince entre réseaux sociaux et réalité

Pour la génération Y, les réseaux sociaux se multiplient. Pour Hervé Rigault, PDG de Netino, société de modération de contenu, « il n’y a plus de distinction. Les réseaux sociaux c’est la vraie vie. C’est l'extension de notre main ».  [Vasin Lee/Shutterstock]

26 mars 2021. Thierry Henry annonce via un tweet qu’il quitte les réseaux sociaux. Le champion du monde de football 1998 veut dénoncer le laxisme des plateformes comme Facebook, Twitter et Instagram face au déferlement de haine en ligne. 

Au-delà du monde du sport, les réseaux sociaux sont un espace propice aux commentaires haineux, qu’ils soient racistes, xénophobes, homophobes etc. « Les volumes à modérer sur les pages Facebook sont en constante augmentation », déclare Hervé Rigault, patron de Netino by webhelp, société de modération de contenu en ligne. 

Sur 250 millions de commentaires écrits modérés, environ 20% sont rejetés soit par les chartes automatiques soit par les modérateurs de la société car jugés haineux.

« C’est très lié à l’actualité », observe le PDG de Netino, citant en exemple l’assassinat du professeur Samuel Paty, le 16 octobre 2020, où « les insultes racistes ont explosé pendant quinze jours » avant de revenir à des « taux même inférieurs à avant l’attentat ».

« Les médias sociaux sont le réceptacle de la parole. Les gens réagissent à l’actualité. Jusque récemment, il y avait une certaine porosité entre les réseaux sociaux et la vraie vie, maintenant il y en a de moins en moins », ajoute-t-il. 

Pour la génération Y, les réseaux sociaux se multiplient. Pour Hervé Rigault, « il n’y a plus de distinction. Les réseaux sociaux c’est la vraie vie. C’est l’extension de notre main ». 

Des associations vent debout contre le projet de Facebook d'un Instagram pour les moins de 13 ans

Le projet de développer une application similaire à Instagram, produit phare du géant Facebook, pour les moins des 13 ans est dans le viseur de plusieurs associations qui ont interpellé Mark Zuckerberg pour lui demander d’y mettre fin au nom de la protection des enfants.

Avec l’association Respect Zone, Netino a publié un baromètre de la haine en ligne, afin d’étudier les évolutions du discours haineux. En 2020, 12,12% des propos publiés en ligne, sur un échantillon de 67 751 commentaires, sous les publications de médias Français, étaient des messages à caractère haineux. 

On apprend également que le mois de mars 2020 a été le mois le plus haineux de l’année, en cause la crise de la COVID-19 et les élections municipales avec un taux de haine de 14,29%, ou que 22% des discours haineux peuvent être catégorisés comme des attaques contre une personnalité politique. Un constat qui fait craindre pour 2022, année des présidentielles en France. 

Parmi les messages à caractère haineux, environ 10% d’entre eux sont racistes. « La parole raciste s’exprime surtout sur des sites politiques ou des médias qui vont parler de politique », analyse M. Rigault.

Le rapport de Respect Zone et Netino conclut par une mise en garde pour 2021 : « L’année 2021 risque d’être marquée par des tensions sociales autour des problématiques d’inégalités de moyens face à la maladie et ses effets en termes d’emploi, de rémunérations, de protection sociale ».

Autant de raisons qui peuvent pousser à exprimer de la colère sur les réseaux, faisant craindre une augmentation des propos haineux en ligne. 

Désinformation et haine en ligne : Reporters sans frontières porte plainte contre Facebook

Reporters sans frontières a déposé plainte lundi (22 mars) contre Facebook pour « pratiques commerciales trompeuses ». Ils reprochent à la plateforme en ligne de ne pas respecter ses engagements en matière de lutte contre la désinformation et de modération de la haine en ligne, visant notamment les journalistes.

Supporter

Measure co-financed by the European Union

Le contenu de cette publication représente uniquement le point de vue de l'auteur et relève de sa seule responsabilité. La Commission européenne n'accepte aucune responsabilité quant à l'utilisation qui pourrait être faite des informations contenues.

Subscribe to our newsletters

Subscribe