Sondage : les Français de plus en plus favorables aux mesures de lutte contre la discrimination

Des manifestants participent à une marche de protestation contre le racisme à Paris, le 30 novembre 2013. [EPA/IAN LANGSDON]

À l’occasion de la Journée internationale pour l’élimination de la discrimination raciale, qui a eu lieu dimanche (21 mars), quel bilan peut-on faire en France ? Un sondage publié la semaine dernière montre que les Français sont de plus en plus favorables aux mesures mises en place contre ce fléau.

Depuis près de six ans, la Fédération Nationale des Maisons des Potes (FNMDP) est à l’initiative de la réalisation d’un baromètre visant à mesurer l’opinion du grand public sur différentes mesures pour lutter contre les discriminations.

« Animée par les valeurs de l’Éducation Populaire, de l’antiracisme, de la laïcité, du féminisme, de la solidarité, de la justice sociale », la FNMDP est un réseau associatif créé en 1989, avec pour vocation de participer au développement des projets associatifs dans les quartiers défavorisés. La FNMDP vise également à valoriser leurs initiatives culturelles et civiques ainsi que le vivre ensemble, en offrant notamment un espace citoyen au service des habitants – « un relais face aux carences publiques auxquelles ils sont confrontés ».

L’accès au travail plus plébiscité que la citoyenneté  

Menée dans toute l’Europe en 2015 et 2016, l’enquête se concentre depuis 2017 sur la France. Elle est réalisée chaque année par l’institut de sondage Harris Interactive. Pour cette édition 2021, l’enquête s’est déroulé en ligne du 15 au 16 mars, sur un échantillon de 1 033 personnes représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus, selon la méthode des quotas.

Principal enseignement de l’étude : les Français approuvent de plus en plus les mesures mises en place contre les discriminations depuis la première édition du sondage en 2015.

Plus de 8 Français sur 10 se déclarent ainsi favorables pour : garantir à tous la même rémunération et la même retraite quelle que soit la nationalité des personnes exerçant le même travail sur le territoire français (+ 3 points par rapport à 2019) ; renforcer les sanctions juridiques en Europe contre les employeurs coupables de discrimination à l’égard de l’origine, de la nationalité, de la couleur de peau ou de la religion (+ 3 points par rapport à 2019 et + 8 points par rapport à 2015) ; ou encore autoriser les recours collectifs en justice pour les victimes d’une même discrimination (+ 4 points par rapport à 2019).

La diaspora africaine très critique sur l'intégration, l'entrepreneuriat comme espoir

Un sondage publié début février par le Conseil présidentiel pour l’Afrique montre les difficultés perçues quant à l’intégration des personnes d’origine étrangère dans la société française, et notamment de la diaspora africaine.

En outre, pour pallier la discrimnation à l’embauche, 77 % des Français approuvent l’anonymisation des candidatures examinées par les employeurs (+ 2 points par rapport à 2019).

Cependant, depuis 2015, si le consensus est franc sur les mesures de lutte contre les inégalités dans le monde du travail, celles concernant la citoyenneté et l’accès à la citoyenneté montrent, elles, davantage de clivages.

Après une baisse d’adhésion en 2019, ces mesures dédiées remportent toutefois les faveurs des personnes interrogées à un niveau inédit depuis le lancement du baromètre. Parmi elles, autoriser les étrangers non-communautaires à devenir titulaires de la fonction publique est une bonne chose pour 60 % des répondants, soit 9 points de plus qu’en 2019, et la régularisation des travailleurs étrangers sans papiers disposant d’un contrat de travail, pour 60 % d’entre eux également (+ 4 points par rapport à 2019).

Quant au droit de vote, les Français se montrent clairement divisés. L’élargissement de ce droit aux élections municipales et européennes pour les étrangers résidant depuis cinq ans en Europe remporte toutefois 56 % d’opinion favorable, en augmentation de 6 points par rapport à l’année précédente.

Sans surprise, ce sont les mêmes catégories de population qui chaque année soutiennent le plus ces mesures de lutte contre les discriminations, comme par exemple les personnes dont les parents ne disposaient pas de la nationalité française à leur naissance, ou celles qui se déclarent proches idéologiquement des formations politiques de gauche. En outre, les 18-24 ans portent un regard plus positif sur l’ensemble des mesures qu’en 2019.

Un problème qui reste entier 

Mais si ce sondage montre des mouvements positifs dans l’opinion, les faits restent tenaces. Le Défenseur des droits a lancé mi-février un nouveau service de signalement et d’accompagnement des victimes de discriminations. Au 24 mars, plus de 14 000 personnes se sont rendues sur la plateforme, près de 3 000 ont eu un échange téléphonique avec un juriste et plus de 1 000 ont échangé par tchat.

Ces chiffres ne sont cependant pas représentatifs en l’état et devraient malheureusement monter en puissance, a expliqué l’autorité indépendante à EURACTIV France, le lancement de cet outil étant très récent et les campagnes de communication visant à mieux faire connaître la plateforme n’ayant pas encore démarré.

En outre, dans son rapport annuel d’activité 2020 publié la semaine dernière, le Défenseur des droits a indiqué avoir reçu dans le cadre de sa mission de lutte contre les discriminations et de promotion de l’égalité plus de 5 000 réclamations, soit une augmentation de près de 15 % depuis 2014.

Les organisations allemandes de migrants appellent à une refonte de la politique d’intégration

Lors du sommet sur l’intégration mardi (9 mars), le gouvernement allemand a adopté un paquet de mesures, qui devraient soutenir l’intégration des immigrés en Allemagne par le biais d’une centaine d’initiatives. Peut mieux faire, d’après les organisations de migrants.

Supporter

Measure co-financed by the European Union

Le contenu de cette publication représente uniquement le point de vue de l'auteur et relève de sa seule responsabilité. La Commission européenne n'accepte aucune responsabilité quant à l'utilisation qui pourrait être faite des informations contenues.

Subscribe to our newsletters

Subscribe