« Honte de prendre l’avion », les compagnies aériennes s’inquiètent et se mobilisent

Alexandre de Juniac, directeur général de l’association internationale du transport aérien, ne cache pas son inquiétude face à ce mouvement né en Suède qui prend de l’ampleur chez les jeunes générations. Un article de notre partenaire, La Tribune.

Lancé en Suède sur un compte Instagram anonyme, le mouvement « Flygskam » ou en français « honte de prendre l’avion » inquiète les compagnies aériennes.

« C’est une grande menace. Le secteur du transport aérien est confronté à un risque de réputation. C’est une première », a déclaré le 10 mai à Paris le directeur général de l’association internationale du transport aérien (IATA), Alexandre de Juniac, devant les membres de l’Usaire, une association d’entreprises américaines et européennes de l’aéronautique, de la défense et de l’espace.

L’ancien PDG d’Air France-KLM a notamment manifesté sa crainte sur la pénétration de ce mouvement chez les jeunes générations, sensibles au discours de l’adolescente suédoise Greta Thumberg, instigatrice de la « grève de l’école pour le climat ».

« Il est parti de Suède et il va se propager », a-t-il ajouté.

La "colère verte" des jeunes Français sur le climat

La mobilisation des jeunes sur le climat démarre doucement en France.

Combattre les « fake news »

Selon lui, ce mouvement repose sur des « fake news et des incompréhensions » au sujet du transport aérien « qu’il faut combattre ». Parmi elles, Alexandre de Juniac a notamment cité celle qui assure que ce secteur est réservé aux riches (« c’était vrai, ça ne l’est plus »), et donc facilement taxable, et celle affirmant que le transport aérien est un gros contributeur d’émissions de CO2 (alors qu’il représente autour de 2,5 %) des émissions mondiales, sans rien faire pour les réduire.

« Le transport aérien s’est engagé à neutraliser ses émissions à partir de 2020, puis de les réduire par deux d’ici à 2050 par rapport à son niveau de 2005. Avec la croissance du trafic, cette ambition est énorme », a-t-il rappelé, en précisant une nouvelle fois que le secteur est le seul à s’être engagé à réduire volontairement les émissions.

L’aviation civile peine à se décarboner

Les compagnies aériennes devront réduire de moitié leurs émissions d’ici 2050, alors que le trafic devrait doubler. En France, le CORAC coordonne les recherches en la matière. Un article de notre partenaire, le Journal de l’environnement.

40 milliards de dollars de compensations d’ici à 2025

Pour neutraliser leurs émissions au niveau de 2020, les compagnies vont donc payer pour compenser la croissance des émissions par rapport à 2020. Cela, au moins jusqu’en 2035, en espérant que de nouvelles technologies, de nouveaux procédés émergeront d’ici-là pour envisager, à partir de cette date, une baisse des émissions de leur activité. Les compagnies aériennes vont donc acheter des crédits carbone auprès d’autres secteurs économiques pour financer des programmes de compensation d’émissions de CO2, en participant notamment à des projets de reforestation.

Stockholm taxe désormais le CO2 aérien

Depuis le 1er avril, les passagers prenant l’avion en Suède doivent s’acquitter d’une taxe carbone. Un article de notre partenaire, le Journal de l’environnement

Baptisé Corsia, ce système de compensation d’émissions va entrer en vigueur en 2020. Il a été décidé en 2016 par l’organisation internationale de l’aviation civile (l’OACI), regroupant 192 pays, qui régit le transport aérien mondial. Le coût de cette compensation devrait s’élever à 40 milliards de dollars entre 2020 et 2035 selon l’IATA.

Pour les compagnies européennes, Corsia va se superposer au système d’échange de permis d’émissions mis en place par Bruxelles en 2012. Si celui-ci a été suspendu sur les vols internationaux en raison de son incompatibilité avec les règles de l’OACI, il est resté en place sur les vols intra-européens.

Davantage de communication

Déplorant une méconnaissance totale des mesures et des engagements du transport aérien sur les questions environnementales, Alexandre de Juniac a annoncé le lancement par IATA d’une grosse campagne de communication.

« En dehors des cercles de l’aviation, personne n’est au courant de tout que nous faisons. Personne ! Peut-être n’avons-nous pas assez communiqué », a regretté Alexandre de Juniac.

Ce dernier a ainsi annoncé le lancement prochain d’une campagne de communication pour expliquer les mesures que prennent les compagnies, et pousse les quelque 300 membres de IATA, à communiquer eux aussi.

À défaut, cette méconnaissance des actions des compagnies fait le lit de ceux qui prônent des mesures « stupides comme la taxation du kérosène ». Alexandre de Juniac en a profité pour lancer un appel aux États pour qu’ils poussent au développement des biocarburants, « un élément clé » pour réduire les émissions de CO2 du transport aérien.

Bruxelles envisagerait une taxe sur le kérosène

Si le kérosène ne bénéficiait pas d’une dérogation fiscale dans l’UE, l’empreinte carbone de l’aviation chuterait de 11 %, soit de 16,4 millions de tonnes de CO2.

Subscribe to our newsletters

Subscribe

Envie de savoir ce qu'il se passe ailleurs en Europe? Souscrivez maintenant à The Capitals.