Après le Dieselgate, les eurodéputés modifient les contrôles de véhicules

La campagne Demand Justice vise à multiplier les actions collectives contre Volkswagen. [Automobile Italia/Flickr]

Le Parlement européen a adopté le 4 avril deux textes visant à améliorer les tests d’homologation des véhicules dans l’UE et a confié à la Commission la surveillance de la qualité de l’air. Un article de notre partenaire, le Journal de l’Environnement.

Les procédures de test et de contrôle vont-elles enfin permettre d’éviter un nouveau Dieselgate? C’est ce qu’espèrent les eurodéputés, qui ont amendé par 585 voix pour, 7 contre et 19 abstentions, la proposition de la Commission.

Un modèle sur cinq à la loupe

Selon ce texte, les États membres de l’UE devront contrôler au moins 20% des modèles de véhicules mis sur le marché dans leur pays l’année précédente. Valable pour les émissions de particules, et d’oxydes d’azote, cette obligation vise aussi le dioxyde de carbone.

L'UE accroît la pression sur Volkswagen après le Dieselgate

Des autorités de protection des consommateurs de pays de l’UE, soutenues par l’exécutif européen, ont accentué mardi la pression sur Volkswagen, pour qu’il répare les préjudices subis par ses clients, dupés par ses moteurs truqués.

Deuxième nouveauté: les amendes imposées aux constructeurs automobiles qui falsifient les tests pourraient atteindre 30.000 euros par véhicule. Une manne financière qui pourrait par la suite être allouée à l’amélioration de la qualité de l’air.

« Cette révision va dans le bon sens. La Commission européenne sera désormais obligée de vérifier que les véhicules homologués respectent les normes d’émission et donc de pollution. Mais ces avancées sont insuffisantes. Le Parlement n’a pas acté un droit à une indemnisation directe des consommateurs en cas de non-conformité », a commenté Pascal Durand, eurodéputé Les Verts/ALE.

Cette proposition législative est désormais renvoyée devant la commission du marché intérieur. Dernière étape avant l’ouverture des négociations en trilogue (Commission-Parlement-Conseil).

Des tests en conditions réelles, un jour?

Par un vote séparé, le Parlement européen a également adopté une résolution non législative (EMIS), reprenant la plupart des recommandations issues du rapport final de la commission d’enquête publié le 1er mars. À commencer par l’annonce d’une législation à venir sur les tests d’émissions en conditions réelles. Préconisation phare: que toute législation européenne sur la qualité de l’air et les émissions soit confiée à un seul commissaire et à une seule direction générale. Sans préciser lesquels.

Première défaite: la création d’une agence européenne de surveillance des véhicules a été repoussée, sous la pression des eurodéputés conservateurs et libéraux.

Dieselgate : le Parlement européen rêve d'une autorité européenne pour l'automobile

La commission d’enquête du Dieselgate veut une nouvelle autorité européenne pour superviser l’industrie automobile. Elle reste vague quant à la responsabilités d’Antonio Tajani, commissaire à l’industrie à l’époque du scandale.

Subscribe to our newsletters

Subscribe

Envie de savoir ce qu'il se passe ailleurs en Europe? Souscrivez maintenant à The Capitals.