Bruxelles interdit les diesels les plus polluants

[Alexandros Michailidis / Shutterstock]

Les conducteurs des véhicules diesel les plus polluants ne pourront plus circuler dans la capitale belge à partir du premier octobre 2018.

Toute personne conduisant des voitures, des camionnettes, des bus ou minibus au diesel  immatriculés avant 1997 (Euro 0 et Euro 1) dans la région de Bruxelles peuvent recevoir une amende de 350 euros, depuis l’entrée en vigueur de la loi le 1er octobre.

La loi sur les zones de basses émissions (LEZ) a été adoptée au début de l’année, mais une longue période de neuf mois de transition avait été décidée pour que les automobilistes aient le temps de s’y adapter.

Désormais, ils n’ont plus aucune excuse et les contrevenants se risquent à des amendes chaque fois qu’ils se trouvent dans une LEZ avec un véhicule illégal. Le gouvernement local a toutefois décidé d’octroyer une nouvelle période de grâce de trois mois après chaque infraction.

Le site de nouveau système explique qu’il encouragera les gens à prendre des dispositions pour changer leur véhicule ou leurs habitudes de conduite. Un maximum de quatre amendes peut être imposé dans une même année.

Les automobilistes seront contrôlés par un réseau d’environ 184 caméras qui va être mis en place progressivement sur tout le territoire de la Région et qui scanneront les plaques d’immatriculation. À ce jour, 90 d’entre elles sont déjà opérationnelles et le gouvernement espère que le système sera totalement mis en place d’ici à la fin de l’année.

Les règles pour les voitures à pétrole devraient entrer en vigueur au début de l’année.

Paris et Bruxelles militent pour une journée sans voiture européenne

Les maires de Bruxelles et Paris appellent à une journée sans voiture européenne afin de réduire la pollution de l’air. Un fléau qui provoque 400 000 décès prématurés chaque année, selon un rapport de la Cour des comptes.

Plutôt indulgent

D’autres villes en Europe sont déjà en train de se débarrasser des voitures au diesel les plus polluantes. En février, un tribunal allemand a décidé que les villes avaient le droit d’interdire les voitures les plus vieilles et a confirmé en mai qu’elles pouvaient le faire de manière immédiate.

Un tribunal à Leipzig a quant à lui jugé que des villes comme Hambourg, Francfort et Stuttgart pouvaient interdire les voitures soumises aux normes antipollution inférieures à Euro 6. Or, sur les 15 millions de véhicules diesel sur les routes allemandes, seules 2,7 millions sont Euro 6.

Barcelone veut aussi exclure toutes les voitures de plus de 20 ans des routes durant le week-end afin de réduire les embouteillages et améliorer la qualité de l’air.

La pollution au cœur des élections

La pollution de l’air est un sujet brulant à Bruxelles, depuis qu’il a été révélé que la ville enregistrait des niveaux illégaux de particules de dioxyde d’azote pour la troisième année consécutive. Ces particules sont émises en grande partie par les véhicules diesel.

Le gouvernement local est empêtré dans une affaire judiciaire, actuellement en attente d’un avis consultatif de la Cour de justice de l’UE qui estime que les mesures pour réduire la pollution de l’air sont insuffisantes.

Le 14 octobre, les élections locales en Belgique permettront d’élire de nouveaux représentants des provinces et des communes et un nouveau maire à Bruxelles. Les problématiques publiques comme le transport et la mobilité font partie des principaux domaines de compétences et les analystes politiques affirment que le problème de la pollution jouera un rôle crucial durant les élections.

Le mois dernier, Bruxelles a organisé un dimanche sans voiture et la qualité de l’air s’est immédiatement améliorée selon des données fournies par les stations de contrôles officielles. Depuis, les appels à renouveler cette journée chaque mois plutôt qu’une fois par an se multiplient.

L’actuel maire de Bruxelles, Philippe Close, et son homologue parisienne, Anne Hidalgo, ont appelé d’autres villes en Europe à organiser le même jour une journée sans voiture pour que l’événement se fasse à l’échelle du continent.

Paris et Bruxelles militent pour une journée sans voiture européenne

Les maires de Bruxelles et Paris appellent à une journée sans voiture européenne afin de réduire la pollution de l’air. Un fléau qui provoque 400 000 décès prématurés chaque année, selon un rapport de la Cour des comptes.

Saluée par les défenseurs de la e-mobilité, la Société des transports intercommunaux de Bruxelles (STIB) a présenté le 1er octobre son premier bus totalement électrique. Il circulera sur la ligne 13 et quatre véhicules supplémentaires seront déployés en octobre.

La STIB a l’intention d’électrifier totalement sa flotte de bus d’ici à 2030.

Le secteur de l’électricité compte sur les voitures électriques

L’Europe doit faire grimper la part de l’électricité dans le transport pour atteindre les objectifs de l’accord de Paris, selon l’association professionnelle Eurelectric.

Subscribe to our newsletters

Subscribe