Comment la GSA a remis en orbite le système Galileo

Galileo

A l’origine du dysfonctionnement du système Galileo, un changement de logiciels par l’Agence spatiale européenne. Un article de notre partenaire La Tribune.

C’est un véritable tour de force qu’a réussi la GSA, l’agence de l’Union européenne, qui gère les constellations Galileo et Egnos, pour relancer aussi vite le système Galileo avec succès. C’est elle qui a pris la décision de rebrancher le système Galileo avec le plein soutien de la commissaire Elżbieta Bieńkowska. La cause a été identifiée après la réinitialisation du système et la panne a pu être réparée. Au cœur du problème, un changement de logiciels par l’autorité de développement, en l’occurrence l’Agence spatiale européenne (ESA), dans les deux centres de contrôle de la constellation Galileo basés en Italie et en Allemagne. Une initiative qui a grandement perturbé le système en exploitation, notamment la synchronisation du système, selon nos informations.

Résultat, la GSA, Spaceopal, la co-entreprise italo-allemande détenue par l’agence spatiale allemande (DLR) et Telespazio, et Thales Alenia Space ont dû reconfigurer le plus vite possible les sites pour les refaire fonctionner. L’enquête a donc permis d’éliminer un dysfonctionnement des antennes de synchronisation, un temps suspectées par l’ESA. Surtout, elle a quasiment exclu une cyberattaque (malware….) ou un acte malveillant, qui aurait perturbé le système Galileo.

Jean-Yves Le Gall : « Mars est le sujet central de l'exploration spatiale »

Le prochain objectif de la politique spatiale européenne est de mettre le cap sur Mars. Aujourd’hui, seule la longueur du voyage demeure un véritable frein à l’envoie d’une mission, selon Jean-Yves Le Gall.

Un comité d’enquête indépendant

Dès que l’incident a été déclaré, une commission de révision des anomalies a été convoquée et des procédures de récupération urgentes ont été activées dans les infrastructures Galileo concernées. Des équipes opérationnelles ont travaille sur des actions de récupération 24h/24h et 7 jours sur 7 pour restaurer les services de navigation et de synchronisation Galileo dès que possible. Sur la base des résultats des activités de dépannage, plusieurs éléments de l’infrastructure au sol ont pu être  réinitialisés.

« Nous allons créer un comité d’enquête indépendant chargé d’identifier les causes profondes de l’incident majeur, a précisé la GSA dans son communiqué. Cela permettra à la Commission, en tant que gestionnaire de programme, de tirer les leçons de la gestion d’un système opérationnel regroupant plusieurs millions d’utilisateurs dans le monde, en collaboration avec l’Agence européenne de la sûreté de l’UE ».

Ce comité d’enquête indépendant devrait permettre de faire la lumière sur ce qui s’est réellement passé et donc éliminer les fausses informations. Car déjà l’ESA semble chercher à se dédouaner en trouvant des boucs émissaires, comme Thales Alenia Space, fabricant des antennes de synchronisation. Ce qui semble illégitime puisque l’enquête a éliminé cette cause.

 

Subscribe to our newsletters

Subscribe

Envie de savoir ce qu'il se passe ailleurs en Europe? Souscrivez maintenant à The Capitals.