Des ONG réclament la fin de la surpêche dans le nord de l’Europe

[Photo: Christian Charisius/dpa]

Des ONG ont demandé aux ministres européens de la Pêche de respecter les limites de capture de la dernière réforme de la politique commune de la pêche. Le but ? Mettre fin à la surpêche dans les eaux du nord-ouest de l’Europe d’ici 2020. Un article d’Euroefe.

À l’occasion du Conseil des ministres européens de l’Agriculture et de la Pêche, qui s’est tenu les 17 et 18 décembre à Bruxelles, Oceana, The Pew Charitable Trusts, Seas at Risk et d’autres organisations non gouvernementales européennes ont insisté sur le respect des limites de pêche. Le Conseil se penchait sur la proposition de la Commission européenne sur les possibilités de pêche en Atlantique et en mer du Nord pour 2019.

Le directeur exécutif d’Oceana en Europe, Lasse Gustavsson, a expliqué à l’agence espagnole Efe que si ce Conseil des ministres approuve des limites de capture durables conformes aux recommandations scientifiques, dans moins de dix ans, la quantité de poissons disponibles pour la capture sera 60 % supérieure à aujourd’hui.

Cela se traduirait, selon lui, par quelque 5 milliards d’euros de bénéfices pour le secteur de la pêche et par la création de près de 100 000 nouveaux emplois.

La surpêche fait perdre emplois et argent à l’UE

Réapprovisionner les stocks halieutiques pourrait créer des milliers d’emplois et stimuler le PIB de l’UE de 4,9 milliards d’euros par an, indique une nouvelle étude.

Rétablissement de la pêche et augmentation des ressources

Cela signifierait une injection de 110 millions d’euros supplémentaires dans l’économie du secteur de la pêche et la création de 4 000 nouveaux emplois en Espagne, selon le directeur d’Oceana.

« Si les ministres européens suivent ces lignes directrices, les poissons reviendront, l’industrie de la pêche aura un avenir radieux, plus d’emplois, plus de profits et du meilleur poisson, » a déclaré Lasse Gustavsson.

Andrew Clayton, chef de projet pour The Pew Charitable Trusts, a souligné que près de 44 % des limites de capture fixées dans l’Union européenne ces dernières années étaient très élevées et donc insuffisantes pour atteindre l’objectif d’éliminer la surpêche dans les eaux du nord-ouest d’ici 2020.

Cette zone comprend la mer du Nord, la mer Celtique et la mer d’Irlande, ainsi que la partie de l’océan Atlantique à l’ouest de l’Écosse et de l’Irlande.

La directrice exécutive de Seas at Risk, Monica Verbeek, a mis en garde contre l’impact de la surpêche sur les écosystèmes marins, car elle détruit la chaîne alimentaire et l’habitat naturel, un problème qui s’ajoute au changement climatique, aux déversements chimiques ou aux déchets plastiques qui atteignent les eaux.

Les écosystèmes marins victimes de décennies de surpêche

Alors que les écosystèmes marins ont été progressivement déstructurés par la surpêche, la politique européenne montre aujourd’hui des résultats contrastés.

 

Subscribe to our newsletters

Subscribe

Envie de savoir ce qu'il se passe ailleurs en Europe? Souscrivez maintenant à The Capitals.