Des poissons et légumes élevés sur les toits pour nourrir les Bruxellois

BIGH

Cet article fait partie de l'édition spéciale Comment la high-tech révolutionne l’agriculture.

La plus grande ferme urbaine d’Europe élève des poissons et fait pousser des légumes en hauteur, au coeur de la capitale belge, tout en répondant à un cahier des charges strict en matière d’économie circulaire.

Manger du bar de Bruxelles, c’est possible, depuis que l’architecte belge Steven Beckers, pionnier de l’agriculture urbaine, a fondé BIGH (Building Integrated Greenhouses), en 2015. D’une superficie de 4 000 mètres carrés, la plus grande ferme urbaine d’Europe se trouve au cœur de Bruxelles, sur les toits du Foodmet, une halle alimentaire qui attire plus 100 000 personnes chaque fin de semaine : c’est « le ventre de Bruxelles ». 

« Ayant toujours eu une vision de la ville comme étant une solution et non un problème, j’ai investigué les façons de la rendre productive », explique Steven Beckers, fondateur de BIGH. « En tant qu’architecte, je voyais aussi le potentiel qu’il y a à envelopper un bâtiment dans une serre productive dont les plantes régulent le climat et protège les occupants contre les extrêmes, tout en purifiant l’air du CO2 dont il est chargé. »

Le projet BIGH se trouve en bas à gauche du plan. Le projet de la région de Bruxelles à terme est de redynamiser ce quartier délaissé en semaine, en transformant d’autres toits en lieux de vie verdoyants. 

Sur les toits du site des Abattoirs, la ferme fonctionne en économie circulaire : rien ne se perd, tout se transforme. L’énergie de la ferme provient essentiellement de l’énergie perdue par le bâtiment qu’elle surplombe et des panneaux solaires. « Nous récupérons l’énergie fatale des chambres froides du Foodmet avec une pompe à chaleur. Les pompes sont alimentées par l’électricité du réseau du site, lui même en grande partie alimenté en photovoltaïque. Nous fonctionnons donc principalement à l’énergie perdue et à l’énergie verte », précise-t-il.

Aquaponie

Mais la prouesse de BIGH, c’est surtout d’élever des poissons en pleine ville. Et de se servir de leurs excréments pour nourrir des plantes. Des bars rayés, une race de poisson originaire d’Amérique du Nord, sont ainsi élevés dans de grands bassins ; un biofiltre traite leurs excréments et les transforme en nitrites puis en nitrates, qui serviront de nutriments pour les tomates, aubergines et piments situés sous la serre. 

« Le choix du bar rayé est poussé par le fait d’avoir un poisson de mer, qualitatif et dont le métabolisme correspond bien à un élevage en système fermé, par sa nature grégaire et son habitude de vivre tant dans les rivières que les estuaires », assure l’architecte. « Les chefs l’apprécient pour sa chair, qui est excellente, et sa fraîcheur, de quelques heures au lieu de souvent quelques semaines entre la pêche et l’assiette. »

Moins d'un poisson sur deux est pêché de façon durable

48 % des stocks de poissons ont été exploités durablement en France métropolitaine* en 2018, selon le bilan présenté ce 1er février par l’Ifremer. 27 % des stocks sont surpêchés et pour un quart d’entre eux l’état est méconnu. Un article de notre partenaire, le Journal de l’environnement.

Serres coulissantes automatisées

Au-dessus de la culture aquaponique, se trouve une serre high-tech automatisée, où l’irrigation et la lumière sont finement distribués contrôlées. Sur de grandes tables coulissantes, plusieurs variétés d’herbes aromatiques se développent dans une chaleur enveloppante, avant d’être envoyées en magasins ou en grandes surfaces. 

Le potager extérieur permet quant à lui de former à l’agriculture urbaine des personnes en réinsertion sociale et professionnelle. Via l’association Groot Eiland, elles s’occupent ainsi des fruits et légumes, les transportent jusqu’au restaurant de l’association et les préparent. 

Cette culture sans antibiotiques, sans pesticides ni engrais de synthèse va bientôt traverser la frontière pour faire des émules en France et pourquoi pas, ailleurs en Europe. « Nous planifions plusieurs projets en Belgique et en France, les opportunités sont nombreuses et nous désirons avancer pas à pas avec un second projet dans les Hauts de France, d’autres à Paris et alentours », confie Steven Beckers. 

Subscribe to our newsletters

Subscribe
CONTRIBUER