D’Iveco à Daimler, sept constructeurs de camions s’engagent à bannir le diesel d’ici à 2040

Un camion poubelle à pile à combustible. [EPA-EFE/FOCKE STRANGMANN]

Les principaux constructeurs européens de camions s’engagent formellement à exclure les véhicules polluants de leurs ventes d’ici à 2040. Ils misent notamment sur l’hydrogène et les batteries de nouvelle génération. Un article d’Euractiv Italie.

Daimler, Scania, Man, Volvo, Daf, Iveco et Ford ont signé un document dans lequel ils s’engagent à éliminer progressivement les moteurs à combustion pour se concentrer sur l’hydrogène, les batteries et les « carburants propres », a révélé le Financial Times. Le journal britannique a dévoilé le contenu du document qui sera publié cette semaine.

Les constructeurs de camions investiront entre 50 et 100 milliards d’euros dans les nouvelles technologies, a déclaré au Financial Times Henrik Henriksson, le président directeur général de Scania, en annonçant l’accord. Les entreprises, en partenariat avec l’Association des constructeurs européens d’automobiles (ACEA), travaillent avec l’Institut de Potsdam pour la recherche sur l’impact du changement climatique, afin d’identifier les meilleures technologies et les approches les plus adéquates pour amorcer cette transition.

Dieselgate : 51 millions de diesel sales toujours sur les routes

Plus de 51 millions de voitures et de camionnettes diesel extrêmement polluantes circulaient sur les routes de l’Union européenne en 2018 selon Transport & Environment. Un article de notre partenaire le Journal de l’Environnement.

Le document signé par les PDG des sept producteurs appelle également à un investissement généralisé dans les réseaux d’énergie et à une taxe plus élevée sur les émissions de CO2 dans toute l’Europe pour contribuer à ce changement.

L’hydrogène et l’électricité ne sont pas encore en mesure de remplacer les combustibles fossiles dans le secteur du transport lourd à longue distance. En cause : l’absence d’un réseau adéquat d’infrastructures de ravitaillement. Tout changement nécessitera donc des investissements importants, à la fois dans en matière de recharge des batteries et de développement des stations de ravitaillement en hydrogène.

Rabais sur les péages pour les camions propres

Pour encourager la conversion écologique des camions, Bruxelles envisage de revoir le système de l’Eurovignette. Le texte de réforme voté au cours des derniers jours par les ministres des Transports de l’UE réunis lors d’un sommet informel, prévoit que les camions à zéro émission, c’est-à-dire ceux qui sont électrifiés ou alimentés à l’hydrogène, bénéficieront d’une réduction d’au moins 50 % sur la taxe d’ici à avril 2023.

Les pays de l’Union pourront accorder des réductions allant jusqu’à 100 % pour les camions à zéro émission – ce qui est déjà le cas en Allemagne – jusqu’à la fin de 2025. Après 2025, ils pourront offrir des rabais allant de 50 à 75 % – conformément à la règle en vigueur en Autriche. Les négociations entre le Conseil et le Parlement européen sur la réforme devraient commencer au début de 2021.

L’UE tente d'accélérer la révolution de l’électromobilité

Le transport est l’un des rares secteurs européens dans lesquels les émissions augmentent. Pour contrer cette tendance, Bruxelles mise sur la multiplication des véhicules électriques.

 

« C’est une véritable tournant », souligne James Nix, directeur du transport de marchandises à la Fédération européenne pour le transport et l’environnement (T&E). « Les poids lourds devront payer plus cher s’ils émettent davantage, et les transporteurs qui investissent dans des camions sans émissions verront leurs coûts chuter. Durant les négociations, le Parlement européen devrait également faire pression pour étendre le principe du « pollueur-payeur » à la pollution sonore et atmosphérique sans exception ».

Les investissements des entreprises

De grandes entreprises telles que Volvo et Daimler ont déjà commencé à élargir leur offre de poids lourds électriques ou à hydrogène. Volvo a annoncé que ses nouveaux camions afficheraient un poids brut total de 44 tonnes et une autonomie prévue de 300 km, selon la configuration de la batterie. Les nouveaux camions entreront en production en 2022, mais les commandes seront lancées dès l’an prochain.

Daimler prévoit pour sa part de commercialiser des camions entièrement électriques d’ici à 2022, dans le cadre de son plan d’amélioration de la durabilité. La société avait précédemment annoncé qu’elle travaillerait avec Linde – une entreprise à la pointe de la production, du traitement, du stockage et de la distribution d’hydrogène – sur une technologie de ravitaillement pour les camions, avec pour objectif de réaliser un prototype d’ici à 2023.

C’est cette année-là aussi que Nikola Tre, le camion électrique à piles à combustible signé par Iveco, Fpt Industrial et l’américaine Nikola Corporation, devrait commencer à circuler sur les routes.

Subscribe to our newsletters

Subscribe