Automobile. Bientôt de nouvelles normes européennes pour les batteries « les plus vertes au monde »

D’après une analyse publiée récemment par le groupe de protection de l’environnement, Transport & Environnement, la part du marché des voitures électriques devrait tripler en Europe cette année, une conséquence des objectifs automobiles du bloc en matière de CO2. EPA-EFE/OLIVIER HOSLET / POOL [EPA-EFE/OLIVIER HOSLET]

La Commission européenne proposera une nouvelle réglementation cet automne afin de garantir que les batteries produites ou importées en Europe soient les « plus vertes de la planète », a déclaré une source européenne proche du dossier.

Les nouvelles règles prévues par l’exécutif européen imposeront « des critères obligatoires pour les batteries les plus vertes, sécurisées et durables de la planète », a indiqué Maroš Šefčovič, vice-président de la Commission européenne chargé de la prospective et des relations interinstitutionnelles.

La nouvelle mouture sera proposée « cet automne » ; elle fait suite à une procédure accélérée afin que lesdits critères soient d’application « à partir de 2023 », a indiqué M. Šefčovič à Euractiv dans un entretien exclusif.

L’Allemagne, actuellement à la tête de la présidence tournante du Conseil de l’UE, « souhaiterait vraiment » accélérer la mise en place de ces nouvelles règles, a-t-il ajouté.

En outre, cette réglementation devrait garantir des normes strictes sur le plan environnemental et du travail ainsi qu’assurer la traçabilité de la matière première utilisée dans les batteries conçues au sein de l’UE, a renchéri le représentant européen, arguant que ce cadre était primordial pour les consommateurs européens davantage intéressés par les véhicules électriques.

D’après une analyse publiée récemment par le groupe de protection de l’environnement, Transport & Environnement, la part du marché des voitures électriques devrait tripler en Europe cette année, une conséquence des objectifs automobiles du bloc en matière de CO2. Les normes européennes devraient porter les ventes des voitures électriques à 10 % en 2020 et 15 % en 2021.

Les batteries « sales » pourraient être exclues du marché européen

Les batteries qui ne répondent pas à des normes écologiques strictes pourraient être bannies du marché européen, a prévenu le vice-président de la Commission, Maroš Šefčovič. L’exécutif européen prévoit d’allouer 3,2 milliards d’euros d’aides d’État à des projets endogènes.

Dans ce contexte, la Commission européenne entend désormais faire en sorte que les batteries conçues ou importées en Europe respectent les critères verts les plus stricts au monde, et ce, grâce à un système de « passeport » indiquant l’origine des matériaux utilisés dans le processus de fabrication.

Les manufacturiers étrangers transgressant cette nouvelle législation seront assujettis à une taxe carbone aux frontières visant à garantir qu’ils ne sapent pas la production de leurs homologues européens.

« Avec cette législation, nous allons garantir des conditions de concurrence équitables, pour que toutes les batteries sur le marché européen, peu importe leur origine, soient soumises aux mêmes critères de durabilité et de fin de vie », a maintenu Maroš Šefčovič.

« Nous voulons donner le choix à nos partenaires commerciaux : soit ils introduisent une tarification du carbone chez eux, comme l’UE l’a fait avec le régime d’échange de droits d’émission, soit ils sont soumis à une taxe carbone pour augmenter le prix du CO2 », a-t-il averti.

La Commission européenne a mis sur pied l’alliance européenne pour les batteries en 2017. L’organisme rassemble l’industrie automobile, chimique et de la construction, avec comme objectif de concevoir une chaîne de valeur pour les batteries capable de concurrencer les fabricants asiatiques et américains.

Dans le cadre de cet élan vers des véhicules plus propres, la Banque européenne d’investissement (BEI) contribue financièrement à la construction de plusieurs « giga-usines » semblables à celles de Tesla sur le vieux contient, dont la première devrait voir en Suède grâce à la start-up Northvolt.

Les premières « gigafactories » européennes devraient entrer en activité en 2021 ou 2022, a soutenu M. Šefčovič, « et nous aimerions que toutes les batteries en Europe soient fabriquées selon ces critères rigoureux ».

L'idée d'un label européen pour les matières premières fait son chemin

Un groupe de recherche européen veut  créer un label spécifique pour les matières premières. Les métaux nécessaires à la transition énergétique proviennent en effet de sources plus ou moins durables. L’idée ne convainc pas tout le monde.

Subscribe to our newsletters

Subscribe
Contribuer