Objectif lune, la France et l’Allemagne renforcent leur coopération

Objectif lune, la France et l'Allemagne renforcent leur coopération. [Photo: ESA]

La France et l’Allemagne devraient renforcer leur coopération en matière de politique spatiale, comme en témoignent les engagements pris par leur ministre de l’Économie respectif de travailler plus étroitement afin de sécuriser l’accès européen aux étoiles.

Paris et Berlin avaient déjà promis de collaborer sur des sujets comme les batteries des voitures électriques, la technologie 5G et l’hydrogène. Désormais, les deux parties se lancent conjointement à l’assaut des cieux.

D’après une nouvelle alliance politique établie le 10 décembre, ils souhaitent stimuler la compétitivité de l’industrie européenne spatiale et conclure le projet Ariane 6, un lanceur européen de nouvelle génération.

Avec Ariane 6, l’Europe tente d’accaparer le marché, et ce, en mettant des satellites sur orbite grâce à des techniques d’ingénierie avancées permettant d’amoindrir les coûts de fabrication et de lancement de la nouvelle fusée. Le projet, initialement prévu pour 2020, a toutefois été reporté à 2022 en raison de la crise sanitaire actuelle. Les restrictions de voyages ont forcé le personnel impliqué dans le bon déroulement d’Ariane 6 à revoir le calendrier.

« Pour la première fois depuis 15 ans, la France et l’Allemagne engagent un travail commun sur l’avenir des lanceurs européens. Il permettra à l’industrie spatiale européenne de gagner en efficacité et en compétitivité pour maintenir l’UE parmi les leaders mondiaux en la matière », a soutenu le ministre français de l’Économie Bruno Lemaire.

M. Le Maire a signé une déclaration commune avec son homologue allemand Peter Altmaier, qui engage les deux parties à travailler à la mise en place de « micro-lanceurs », capables de placer de plus petites charges en orbite.

« La coopération entre les entreprises européennes dans ce domaine continuera de suivre une logique de marché. La France et l’Allemagne favoriseront la coopération dans ce domaine », peut-on lire dans le document.

Josef Aschbacher, prochain directeur général de l’Agence spatiale européenne, a qualifié l’alliance « d’excellente nouvelle », tweetant que « l’espace est stratégique pour l’Europe ».

Stéphane Israël, PDG d’Arianespace – l’entreprise qui a mis sur pied le lanceur Ariane 6 – a quant à lui déclaré que « le succès pérenne des lanceurs européens nécessitait un partenariat franco-allemand solide ».

La clé de voûte de cette nouvelle entente ? La rédaction d’un rapport par un groupe de travail de haut niveau mi-2021 afin de définir les prochaines étapes à suivre.

D’après le communiqué de presse conjoint, il convient de « développer des activités répondant aux demandes du marché, tout en priorisant la préparation des futurs lanceurs européens ». Faut-il déjà commencer à réfléchir à Ariane 7, alors que son prédécesseur n’est pas encore en prêt ? La question reste ouverte.

Précédemment, M. Israël avait laissé entendre qu’Ariane 7 pourrait être équipée d’une capacité de lancement avec équipage, non présente dans Ariane 5 et Ariane 6, ou qu’elle pourrait être réutilisable, suivant ainsi la même orientation que les fusées SpaceX d’Elon Musk.

Afin d’amorcer ces procédures, une décision doit être prise au niveau ministériel de l’ESA et il conviendrait d’injecter des fonds considérables. Dans le cadre de son prochain budget à long terme, l’agence spatiale s’est vu octroyer une enveloppe plus garnie que demandé.

Les astronautes européens sont actuellement dépendants de programmes spatiaux russes et américains s’ils souhaitent prendre part à des missions spatiales. L’ESA a conclu des accords à long terme avec la NASA pour construire une nouvelle station spatiale lunaire et garantir sa participation à un prochain voyage sur la lune.

Le décollage historique de SpaceX fait réfléchir l’Europe

Le lancement historique de la fusée SpaceX a poussé le directeur d’Arianespace, l’équivalent européen de la société d’Elon Musk, à affirmer dimanche 31 mai que son entreprise pouvait réaliser le même exploit.

Subscribe to our newsletters

Subscribe