La calotte glaciaire du Groenland va disparaître, sa fonte a atteint le point de non-retour

Les glaciers ont tellement rétréci que, même si le réchauffement climatique s’arrêtait aujourd’hui, ils disparaîtraient. [EPA-EFE/NASA EARTH OBSERVATORY]

Il n’y a plus aucun espoir de voir la calotte glaciaire se reconstituer au Groenland. Les glaciers ont tellement rétréci que, même si le réchauffement climatique s’arrêtait aujourd’hui, ils disparaîtraient. Cela aura de lourdes conséquences sur le futur niveau des mers. Un article de notre partenaire Ouest France.

Leur disparition, causée par le réchauffement climatique, est désormais irréversible. Des scientifiques ont observé l’évolution de plus de deux cents glaciers du Groenland ces quarante dernières années, grâce à l’étude de données satellitaires.

« La calotte glaciaire est désormais dans un nouvel état dynamique tel que même si nous revenions à un climat qui ressemblait davantage à celui que nous avions il y a 20 ou 30 ans, nous perdrions quand même assez rapidement de la masse », explique à CNN Ian Howat, co-auteur de l’étude et professeur à l’université d’État de l’Ohio.

Les scientifiques ont fait le calcul : dans les années 1980 et 1990, le Groenland perdait en moyenne 450 milliards de tonnes de glace chaque année, comblées en partie par les chutes de neige.

Depuis les années 2000, ces mêmes glaciers perdent, chaque année, environ 500 milliards de tonnes de glace, alors que la quantité de neige n’augmente pas. La calotte glaciaire ne se reconstitue donc plus assez pour compenser les pertes.

Le niveau des mers pourrait s’élever plus que prévu

Conséquence de la fonte des glaciers, la hausse du niveau des mers. D’autant que la calotte glaciaire du Groenland participe grandement à leur élévation (plus d’un millimètre par an).

Selon le rapport des experts climat de l’ONU (Giec) sur les océans publié en septembre 2019, le niveau des mers devrait augmenter de 43 cm environ d’ici à 2100 dans un monde à +2 °C, mais de 84 cm dans un monde à +3 °C ou + 4 °C, réchauffement vers lequel nous conduisent les tendances actuelles.

Mais, avec la disparition annoncée de la calotte glaciaire, ces chiffres pourraient être revus à la hausse. Comme l’explique Ian Howat à CNN, « nous avons dépassé le point de non-retour, mais il y a évidemment plus à venir. Nous sommes devant un escalier dont nous sommes tombés d’une première marche, mais il y a encore beaucoup d’autres marches à descendre jusque dans le fossé. »

Subscribe to our newsletters

Subscribe