Les eurodéputés veulent mondialiser le bien-être animal

Le Parlement européen a demandé l’interdiction des expérimentations animales en cosmétologie au niveau mondial. Interdite dans l’UE, cette pratique continue d’être courante dans 80 % des pays du monde. Un article d’Euroefe.

Les eurodéputés ont demandé aux dirigeants de l’UE de lancer une campagne diplomatique pour interdire dans le monde entier l’expérimentation cosmétique sur les animaux avant 2023.

Dans leur résolution, adoptée le 3 mai en plénière par une large majorité, les eurodéputés rappellent que l’interdiction en Europe depuis 2013 de cette pratique n’a pas empêché l’industrie cosmétique européenne de prospérer et d’employer autour de deux millions de personnes.

Le Parlement pointe toutefois du doigt les lacunes du cadre règlementaire européen qui autorise la commercialisation de produits cosmétiques, qui après avoir été testés sur des animaux dans d’autres pays, sont examinés avec des méthodes alternatives sur le territoire communautaire.

Il regrette d’ailleurs le manque de données fiables sur les cosmétiques testés sur des animaux puis importés dans l’UE.

Selon une enquête Eurobaromètre de mars 2016, 89 % des citoyens européens veulent que l’UE agisse davantage pour sensibiliser la communauté internationale sur le bien-être animal.

Au total, 90 % des citoyens de l’UE sont favorables à la mise en place de normes strictes et reconnues dans le monde entier.

La France tente de rattraper son retard sur le bien-être animal

Le ministère de l’agriculture français a lancé son premier plan stratégique sur 4 ans sur le bien-être animal. Le pays est à la traine par rapport à ses partenaires européens.

Subscribe to our newsletters

Subscribe