Les trains européens n’arriveront plus en retard impunément

Le billet unique sera obligatoire pour les voyages impliquant des correspondances entre trains régionaux et trains longue distance, afin de garantir l'indemnisation des passagers en cas de retard ou de correspondance manquée.

Le Conseil et le Parlement européen on conclut un accord provisoire sur la réforme des droits des usagers du rail. Les retards de plus de 100 minutes obligeront les opérateurs à proposer un moyen de transport alternatif. Un article d’Euractiv Italie.

Les nouvelles règles, sur lesquelles le Conseil et le Parlement européen se sont entendus le 1er octobre, rendront obligatoire le billet unique pour les voyages impliquant des correspondances entre trains régionaux et trains longue distance, afin de garantir l’indemnisation des passagers en cas de retard ou de correspondance manquée.

Si un train accuse un retard de plus de 100 minutes, les opérateurs ferroviaires seront obligés de proposer aux passagers une alternative qui leur permettra d’atteindre leur destination finale, y compris par voie aérienne.

« Aujourd’hui nous avons conclu un accord important pour l’avenir du transport ferroviaire européen », se réjouit l’eurodéputé Bogusław Liberadzki, rapporteur du Groupe S&D. « Nous avons réussi à garantir les mêmes droits minimums aux passagers dans l’ensemble de l’UE ».

Bientôt un nouveau souffle pour les Trans-Europ-Express ?

Lors d’une réunion lundi (21 septembre), les ministres européens des Transports se sont engagés à accorder plus d’attention au secteur ferroviaire international et à considérer une relance du réseau Trans-Europ Express (TEE).

 

Le texte prévoit également une innovation qui allège les contraintes imposées aux personnes handicapées. Celles-ci ne devront notifier leur projet de voyage à l’opérateur que 24 heures à l’avance, contre 48 heures à l’heure actuelle.

Pour favoriser une mobilité plus durable et assurer des alternatives confortables, tous les trains devront être équipés d’espaces dédiés et de supports pour les vélos. En outre, l’accord mettra fin aux exemptions dont bénéficient les trains longue distance d’ici à décembre 2024 et clarifie la notion de « cas de force majeure ».

Les services régionaux seront également tenus d’appliquer les nouveaux droits des passagers, précise le Parlement européen dans une note. Cela inclut l’obligation de réacheminement, de délivrance de billets de passage et d’assistance à tous les passagers, en particulier ceux à mobilité réduite. L’accord doit encore être approuvé par le Conseil.

Subscribe to our newsletters

Subscribe
CONTRIBUER