L’État français empêche la prise de contrôle de Toulouse- Blagnac par les Chinois

A380_Airshow [sagesolar / Flickr]

L’État français va empêcher pour l’heure la prise de contrôle de l’aéroport de Toulouse par le groupe chinois Casil, ayant décidé de ne pas lui céder les 10,01 % du capital qu’il possédait encore.

En avril 2015, l’État avait vendu 49,99 % du capital de la société de gestion à Casil Europe, holding française créée par le groupe d’État chinois Shandong High Speed Group et le fonds d’investissement hongkongais Friedmann Pacific Asset Management. Il disposait d’une option de vente des 10,01 % à compter d’avril 2018.

« On ne cèdera pas les 10,01 % » à Casil, a déclaré à l’AFP une source gouvernementale, confirmant une information de BFMTV. « Pour le moment, on ne bouge pas », a ajouté cette source.

Toulouse-Blagnac, troisième aéroport régional de France, a franchi l’an dernier le cap des neuf millions de passagers. L’agglomération toulousaine accueille le siège mondial d’Airbus.

En décembre, les actionnaires publics et minoritaires de l’aéroport de Toulouse-Blagnac avaient demandé à l’État de renoncer à la vente des parts qu’il détenait encore dans l’infrastructure.

Dans cette lettre adressée au Premier ministre Édouard Philippe, la Région, le département, la métropole de Toulouse et la Chambre de commerce et d’industrie (CCI), actionnaires à 40 % de la société de gestion de l’aéroport, avaient souhaité que la société garde « un actionnariat public de long terme majoritaire ».

Le secteur aérien se prépare à un Brexit chaotique

Les compagnies aériennes britanniques se préparent au conséquences du Brexit, qui risque de les privé de leur statut de transporteur aérien communautaire.

Les présidents des collectivités, Carole Delga (Région, PS), Georges Méric (département, PS), Jean-Luc Moudenc (Toulouse Métropole, LR) et Philippe Robardey (CCI), s’ils reconnaissaient qu’un plan de développement de l’aéroport avait bien été engagé depuis que Casil Europe détenait presque la moitié des parts, s’inquiétaient de sa « volonté systématique » de « ponctionner les réserves de la société et de maximiser le versement de dividendes ».

« En prélevant la totalité des bénéfices générés par la plateforme en 2015, soit près de 5 millions d’euros et plus de 6 millions en 2016, et ayant puisé 15 millions d’euros dans les réserves financières », Casil Europe « démontre chaque jour une logique recherchant le rendement immédiat, déconnectée du développement à long terme de l’entreprise », avaient souligné les quatre élus.

En janvier, Casil Europe avait répondu aux inquiétudes des élus : « le versement de dividendes l’an dernier a pu créer des inquiétudes, pourtant ce versement a fait l’objet d’études interne et externe ».

« Bonne nouvelle »

« L’équipe de management de Casil a la responsabilité d’investir le capital de ses actionnaires de manière efficiente et efficace tandis que vous, en tant qu’actionnaires publics, avez la même responsabilité vis-à-vis du public et des citoyens. Et c’est pourquoi garder des montants importants en réserve pourrait ne pas être le meilleur choix », selon Casil.

Le fait que l’État renonce aujourd’hui à céder les 10,01 % du capital représente une « bonne nouvelle », a réagi lundi auprès de l’AFP le maire de Toulouse, Jean-Luc Moudenc. « Quand on parle d’une seule voix, même si on est actionnaires minoritaires, l’État peut nous entendre », a-t-il poursuivi. « Qu’il y ait versements de dividendes, c’est normal, mais il faut veiller à ce qu’il y ait toujours des réserves », a-t-il ajouté.

La feuille de route de Nicolas Hulot pour 2018

Après l’abandon du projet d’aéroport de Notre-Dame-des-Landes, auquel il était opposé, le ministre de la transition écologique a présenté une feuille de route pour l’année 2018 dans ses voeux à la presse.

De son côté, M. Méric a jugé cette annonce « très satisfaisante ». « Notre mobilisation (…) a été entendue et nous nous en réjouissons », a-t-il dit. « Nous réaffirmons l’impérieuse nécessité de conserver un actionnariat public de long terme majoritaire, afin de garder la maîtrise d’un équipement stratégique », a-t-il insisté.

Mme Delga s’était également exprimée en milieu de journée avant l’officialisation de l’information : « J’ai toujours dit que l’aéroport de Blagnac est un aéroport particulier puisqu’Airbus en dispose pour l’ensemble de son activité industrielle ». « J’ai considéré que c’était toujours un enjeu national, c’est pourquoi il était normal que l’État reste actionnaire et ne vende pas ses parts », a-t-elle dit à la presse.

Subscribe to our newsletters

Subscribe

Envie de savoir ce qu'il se passe ailleurs en Europe? Souscrivez maintenant à The Capitals.