Lubrizol : la gestion de l’après-catastrophe s’annonce laborieuse

Service Departemental d'Incendie et de Secours, SDIS

À Rouen, la gestion de l’après-catastrophe est appelée à durer. À commencer par les opérations de pompage des déchets potentiellement toxiques présents sur le site de l’usine de Lubrizol. Un article de notre partenaire, le Journal de l’environnement.

Les opérations de pompage « vont durer encore plusieurs semaines », a indiqué, jeudi 3 octobre, le préfet de la région Normandie, Pierre-André Durand.

Pompages massifs

Des « pompages massifs » sont en cours et « auront permis en fin de semaine de résorber totalement ce qu’on appelle la petite nappe » située à proximité du hangar des fûts et « le travail se poursuivra la semaine prochaine pour terminer la grande nappe », a affirmé M. Durand. Des brumisateurs ont été installés « pour accompagner ces opérations et limiter le plus possible les problématiques d’odeurs ».

1 160 fûts à évacuer

Sur la question de l’enlèvement des 1 160 fûts restants sur le site, « l’exploitant a confirmé l’enlèvement des fûts vides à ce jour », a précisé le préfet, ajoutant que « la semaine prochaine l’équipement provisoire de confinement sera installé pour amorcer l’élimination des fûts pleins » endommagés. 160 de ces fûts sont en piètre état et devront être manipulés avec précaution. Ils pourraient contenir des mercaptans, un gaz nauséabond.

« Les choses sont clairement positionnées, les travaux avancent à un bon rythme et nous espérons évidemment qu’en fin de semaine prochaine, l’apparence générale aura très considérablement changé », a ajouté M. Durand.

Subscribe to our newsletters

Subscribe

Envie de savoir ce qu'il se passe ailleurs en Europe? Souscrivez maintenant à The Capitals.