L’UE accusée d’avoir cédé à des lobbies de la pêche industrielle

Bruxelles a accordé des dérogations à l’interdiction pour la pêche électrique.

Plusieurs organisations environnementales et de pêcheurs ont accusé Bruxelles d’avoir cédé aux lobbies néerlandais de la pêche industrielle en ignorant un avis défavorable de son comité scientifique, lorsqu’elle a proposé d’accorder des dérogations à l’interdiction de la pêche électrique.

Ce type de pêche consiste à envoyer à partir d’un chalut des impulsions électriques dans le sédiment pour y capturer des poissons benthiques, c’est-à-dire vivant au fond des mers.

Elle est critiquée pour ses impacts sur la ressource: les poissons remontés dans les chaluts montrent souvent des brûlures, des ecchymoses et des déformations du squelette consécutives à l’électrocution.

La pêche électrique est interdite en Europe depuis 1998 par un règlement en faveur de la conservation des ressources de pêche mais bénéficie de dérogations depuis 2007, à titre expérimental.

Pêche électrique: les Pays-Bas visés par une plainte européenne

L’association Bloom a porté plainte, ce 2 octobre, contre les Pays-Bas auprès de la Commission européenne en raison de ses nombreuses licences accordées à des navires pratiquant la pêche électrique. Une pratique interdite dans l’UE, en principe, depuis 1998. Un article de notre partenaire, le Journal de l’Environnement.

Non seulement l’organe scientifique de la Commission, le Comité scientifique, technique et économique de la pêche (CSTEP), « n’a jamais donné son aval pour de telles dérogations, mais il a même explicitement déconseillé à la Commission européenne d’en accorder ! », affirment dans un communiqué plusieurs organisations, dont Bloom, End Ecocide on Earth, Blue Marine Foundation, The Black Fish, Les Fileyeurs des Hauts-de-France, Fishermen United.

Dans son avis, le Comité scientifique mettait en garde contre « un certain nombre de problèmes qui doivent être résolus avant que toute dérogation puisse être accordée ».

Pourtant le réglement européen de décembre 2006 qui adopte la proposition de dérogations de la Commission affirme qu’« à la lumière de l’avis du CSTEP, il convient d’autoriser », dans certaines zones « et sous certaines conditions, la pêche à l’aide de chaluts à perche associée à l’utilisation de courant électrique impulsionnel ».

Intermarché rejoint la lutte contre la pêche électrique

Le distributeur Intermarché a appelé par voie de communiqué, le 5 décembre, à un moratoire sur la pêche électrique. Une technique officiellement interdite en Europe depuis 1998 mais encore pratiquée à cause de dérogations. Un article de notre partenaire, le JDLE.

Le Parlement européen doit décider le 16 janvier en séance plénière si la pêche électrique « doit être interdite ou largement autorisée », selon le communiqué.

Les ONG et organisations de pêcheurs ont envoyé un courrier à la Commission européenne pour lui demander « d’annuler » la décision de 2006 qui « génère des dégâts environnementaux et sociaux à grande échelle et met aujourd’hui en péril l’équilibre du secteur de la pêche européenne ».

L’ONG Bloom, spécialisée dans la défense des océans et de la pêche durable, a déposé plainte début octobre contre les Pays-Bas auprès de la Commission européenne, les accusant d’avoir illégalement autorisé des navires à pratiquer la pêche électrique.

La France reste favorable à une pêche électrique limitée en Europe

Le Parlement doit se prononcer le 21 novembre sur l’avenir de cette technique interdite dans l’Union depuis 1998, en raison de sa violence. Un article de notre partenaire le JDLE.

Subscribe to our newsletters

Subscribe

Envie de savoir ce qu'il se passe ailleurs en Europe? Souscrivez maintenant à The Capitals.