Mogherini à Cuba pour confirmer la coopération avec l’UE

La chef de la diplomatie européenne Federica Mogherini entame mercredi une visite de deux jours à Cuba pour «reconfirmer» l’accord conclu entre l’île et l’Union européenne, à contre-courant de la politique du président américain Donald Trump.

La Haute représentante de l’UE pour les Affaires étrangères va «reconfirmer la forte relation entre l’UE et Cuba», selon un communiqué du Service européen de l’action extérieure.

L’accord historique conclu en décembre 2016 «de dialogue politique et de coopération» est entré provisoirement en vigueur le 1er novembre 2017 en attendant la finalisation de sa ratification par tous les membres de l’UE.

Cette normalisation des relations avec l’île, dont l’UE est déjà l’un des principaux partenaires commerciaux, s’est conclue dans le sillage du rapprochement avec La Havane décidé par l’ancien président américain Barack Obama, partiellement remis en cause par son successeur Donald Trump.

Un pas en arrière pénalisant et risqué pour l’économie de l’île, qui reste réduite à la portion congrue. En décembre dernier, le fils du « Che », Camillo Guevara, était venu au Parlement européen pour demander à l’UE de faire pression sur les Etats-Unis.

Le fils du Che demande à l’UE de faire pression face à l’embargo américain

Camilo Guevara, le fils du « Che » et d’autres personnalités cubaines, ont demandé au Parlement européen de contrecarrer les effets extraterritoriaux du blocus des États-Unis. Un article d’Euroefe.

 

Mercredi, Mme Mogherini doit notamment rencontrer le ministre cubain du Commerce extérieur Rodrigo Malmierca et s’adresser aux participants à une conférence sur l’UE et l’Amérique latine.

Jeudi, elle a rendez-vous avec le président du Parlement Esteban Lazo et le ministre cubain des Affaires étrangères Bruno Rodriguez.

«Il existe un intérêt du côté de l’UE comme du côté du gouvernement cubain pour la mise en oeuvre de l’accord», alors que le président cubain a annoncé qu’il cèderait son poste le 19 avril, a déclaré à l’AFP Eduardo Perera de l’Université de La Havane.

«Je ne pense pas que le changement de génération prévu au gouvernement dans les prochains mois aient des implications sur ce processus», a ajouté M. Perera.

L’Amérique latine et l’UE s'allient contre le crime organisé

L’Union européenne a rencontré  les représentants de 18 pays d’Amérique latine le 10 juillet au Costa Rica, afin de développer des actions contre le crime organisé dans la région. Un article d’Euroefe.

 

Subscribe to our newsletters

Subscribe