Moscovici défend l’accord commercial UE-Mercosur

Le Commissaire européen a affirmé sur l’antenne de Radio Classique que l’accord UE-Mercosur était bon « sur le plan agricole, économique et environnemental. » Pierre Moscovici précise que cet accord obligerait « les pays sud-américains, notamment le Brésil, à respecter les accords de Paris. » Une article de notre partenaire Ouest-France.

Le commissaire européen aux Affaires économiques, Pierre Moscovici, a estimé jeudi sur Radio classique que l’accord UE-Mercosur était bon « sur le plan agricole, économique et environnemental », alors que les polémiques s’enchaînent depuis sa signature vendredi dernier.

Selon Pierre Moscovici, le nouvel engagement commercial entre l’Union européenne (UE) et le Mercosur (Brésil, Argentine, Uruguay et Paraguay) « est plutôt un bon accord parce qu’il oblige les pays sud-américains, notamment le Brésil, à respecter les accords de Paris »sur le climat.

Vidéo intégrée

« S’il n’y avait pas l’accord du Mercosur alors on serait sûr que la déforestation continuerait plein pot et que les accords de Paris seraient aimablement violés ». @pierremoscovici https://trib.al/4kIwE3w 

Interrogé sur la déforestation massive en cours en Amazonie, il a affirmé que l’accord « fait entrer l’édredon dans la valise et oblige Jair Bolsonaro (le président d’extrême droite du Brésil, ndlr), à respecter les accords de Paris » sur le climat.

L’ouverture d’un marché « très important aux Européens »

Répondant à Nicolas Hulot, selon qui cet accord est « antinomique » avec la lutte contre le réchauffement climatique et le libre-échange en général « à l’origine de toutes les problématiques écologiques », M. Moscovici a estimé que l’ancien ministre écologiste du gouvernement d’Emmanuel Macron exprimait « une opinion », alors que lui parlait « d’une négociation, de faits ».

Le commissaire français, encore en fonction jusqu’au 31 octobre, a également défendu le volet purement économique de l’accord, « qui ouvre un marché très important aux Européens, parce qu’il fait économiser des droits de douane par milliards, 4 milliards d’euros, et 800 millions d’euros pour la France, pour elle seule. »

Lire la suite sur Ouest-France.fr

Subscribe to our newsletters

Subscribe

Envie de savoir ce qu'il se passe ailleurs en Europe? Souscrivez maintenant à The Capitals.