Russie : un ancien ministre des Transports à la tête d’Avtovaz

Maxim Sokolov, 53 ans, a été ministre des Transports entre 2012 et 2018, et était depuis 2019 vice-gouverneur de la région de Saint-Pétersbourg (nord-ouest). [SERGEI ILNITSKY/EPA]

Le constructeur automobile russe Avtovaz a nommé lundi (23 mai) PDG l’ancien ministre des Transports russe Maxim Sokolov, après la vente par Renault de ses actifs à l’Etat russe.

Maxim Sokolov succède ainsi au Français Nicolas Maure, qui était à la tête du constructeur russe depuis juin 2021.

Cette nomination prend effet dès lundi, précise Avtovaz dans un communiqué.

M. Sokolov, 53 ans, a été ministre des Transports entre 2012 et 2018, et était depuis 2019 vice-gouverneur de la région de Saint-Pétersbourg (nord-ouest).

Acculé par les sanctions occidentales contre la Russie, Renault, leader dans le pays avec la marque Lada qu’il avait réussi à redresser, a confirmé lundi qu’il vendait ses actifs à l’Etat russe, première nationalisation d’ampleur depuis l’offensive russe en Ukraine.

Le groupe au losange a cédé sa participation majoritaire (67,69%) dans le groupe Avtovaz, une pièce essentielle de l’industrie automobile russe avec la marque Lada, au NAMI, l’institut russe de recherche et de développement des automobiles et des moteurs.

Renault s’était engagé en 2008 dans Avtovaz, qui fabrique des voitures notamment dans sa gigantesque usine à Togliatti (Sud-ouest, sur le fleuve Volga). Le groupe en était devenu l’actionnaire majoritaire en 2014 sous la direction de Carlos Ghosn.

Le géant automobile a alors redressé un groupe russe en grande difficulté. Il en partageait l’actionnariat avec le conglomérat militaro-industriel russe Rostec.

Après de lourds investissements, et des partages de technologie avec Dacia, la marque économique de Renault, Avtovaz commençait à rendre des bénéfices.

La Russie était le deuxième marché du groupe Renault dans le monde derrière l’Europe, avec près de 500 000 véhicules vendus en 2021.

La Russie au coeur des discussions du Conseil du commerce et des technologies

L’Union européenne et les États-Unis ont fait un deuxième point d’étape lundi (16 mai) à Paris des discussions entreprises au sein du Conseil du commerce et des technologies (CCT), qui se sont articulées autour de la guerre en Ukraine.

Subscribe to our newsletters

Subscribe