Accord européen sur une réduction de 30% des émissions des camions

Les négociations sur la réduction des émissions des poids-lourds s'annoncent difficiles. [Shutterstock]

Les ministres de l’Environnement de l’UE se sont accordés sur un objectif de réduction de 30 % du CO² des camions et des autocars d’ici à 2030, avec un réexamen possible de cet objectif en 2022.

La présidence autrichienne du Conseil a annoncé un accord sur la réduction des émissions des camions et autocars le 20 décembre. Les ministres de l’Environnement des 28 sont parvenus à un compromis entre des pays tels que la Suède qui réclamaient une réduction plus importante et d’autres tels que l’Allemagne qui ont un important secteur automobile.

Le Conseil européen devra maintenant trouver un compromis avec le Parlement européen, qui envisage de son côté un objectif plus ambitieux de 35 % de réduction d’ici 2030.

Les ministres de l’Environnement ont également adopté un objectif intermédiaire de 15 % de réduction de ces émissions d’ici à 2025, par rapport à 2019 ; le Parlement veut 20 %.

Auparavant, les gouvernements de l’UE et le Parlement européen s’étaient d’accord sur un objectif de réduction de 37,5 % de CO² pour les voitures d’ici 2030, une solution de compromis entre pays producteurs et promoteurs d’une politique ambitieuse de lutte contre le changement climatique.

L’UE s’accorde in extremis pour limiter les émissions des voitures

La présidence autrichienne a défié toutes les attentes en négociant un objectif de réduction des émissions de CO2 des voitures de 37,5 % d’ici 2030, malgré l’opposition notable de l’Allemagne.

L’UE n’a pour le moment aucune limitation légale des émissions des poids lourds à la différence de pays comme les États-Unis, la Chine, le Japon et le Canada. Ces camions représentent près du quart des émissions des 28 trouvant leur source dans les transports.

Pratiquer des coupes dans ce secteur, le seul dont les émissions continuent d’augmenter, doit aider en principe l’UE à atteindre son objectif d’une réduction des gaz à effet de serre d’au moins 40 % d’ici 2030, par rapport aux niveaux de 1990, conformément à l’accord de Paris sur le climat.

L’Association des constructeurs européens d’automobiles (Acea) avait milité pour une réduction des émissions des poids lourds bien inférieure, de 7 % d’ici 2025 et de 16 % d’ici 2030.

Elle explique que les possibilités d’électrifier les camions sont bien moindres que pour les automobiles et que cela ne peut marcher que sur de courtes distances intra-citadines et non pas pour le transport routier proprement dit.

MAN, filiale poids lourds de Volkswagen, a déjà fait savoir que les nouvelles normes d’émission de CO² coûteraient des dizaines de milliers d’emplois.

L’Allemagne abrite Daimler, le premier constructeur de camions européen. L’Europe compte également l’italien Iveco, Paccar et les suédois Volvo et Scania, qui est aussi filiale de Volkswagen.

Les eurodéputés veulent plus réduire les émissions de CO2 des camions

Les eurodéputés veulent aller au-delà de ce que la Commission européenne avait initialement proposé sur les émissions de CO2 des poids lourds.

Subscribe to our newsletters

Subscribe

Envie de savoir ce qu'il se passe ailleurs en Europe? Souscrivez maintenant à The Capitals.