Vers une interdiction partielle des microplastiques en UE en 2020

Les microplastiques étouffent les océans.

L’Agence européenne des produits chimiques  va suggérer d’interdire l’usage volontaire de certains microplastiques, intégrés à des produits tels les cosmétiques, les détergents et les engrais, a-t-elle annoncé lors d’une conférence sur les plastiques le 18 janvier à Helsinki. Un article du Journal de l’environnement.

Véritable plaie environnementale, notamment en raison de leur impact sur la faune marine, les microplastiques ne dérivent pas tous de la dégradation des plastiques. Certains sont introduits intentionnellement, par exemple sous forme de microbilles dans des savons exfoliants, ou comme enrobage d’engrais afin de les libérer de manière plus progressive.

Proposition d’interdiction

Sur demande de la Commission européenne, l’Agence européenne des produits chimiques (ECHA) va préparer une proposition d’interdiction de  ces microplastiques, qu’elle devrait soumettre dans l’année aux membres de l’UE, a indiqué un porte-parole de l’ECHA, Matti Vainio, lors d’une conférence organisée vendredi 18 janvier à Helsinki –ville où siège l’agence.

Le Parlement veut transformer «les déchets plastiques en mines d’or»

Le Parlement européen a adopté presque à l’unanimité un rapport sur la stratégie plastique de l’UE appelant à l’interdiction de certains microplastiques d’ici 2020.

Véto pour les médicaments et les peintures

Cette proposition, qui devrait exclure les microplastiques intégrés dans les médicaments et les peintures, devrait être approuvée par la Commission européenne fin 2020, a indiqué son vice-président Jyrki Katainen, présent lors de la conférence.

Lundi 21 janvier, l’ECHA a annoncé avoir signé un accord avec la Commission européenne, l’engageant à participer plus activement à l’élaboration de valeurs limites d’exposition professionnelle (VLEP). Ce processus, qui portera en priorité sur le plomb, devrait mener l’agence à évaluer de quatre à cinq agents par an à partir de 2020.

Karmenu Vella: «une taxe sur le plastique pourrait servir les objectifs environnementaux»

Alors que la Commission européenne esquisse sa vision pour l’avenir de la pollution et de la production du plastique, le commissaire européen en charge de l’environnement, Karmenu Vella, explique comment les développements en Chine, en Afrique et en Europe ont façonné sa feuille de route sur le plastique.

 

Subscribe to our newsletters

Subscribe